1/2000 f/11.0 25.5 mm ISO 250

SONY DSC-RX100M3

EXIF - See more details

See also...

#Photos pour Marie-claire# #Photos pour Marie-claire#


Pictures for Pam Pictures for Pam


" - Espaces - " " - Espaces - "


Fée NATURE Fée NATURE


100% Perfect 100% Perfect


Tolerance Tolerance


Not only Flickr Not only Flickr


Clouds Clouds


Ipernity Addicts Ipernity Addicts


Sony RX100 Sony RX100


Magical sunlight Magical sunlight


musik for ever musik for ever


Your Shock Photos Your Shock Photos


PHOTOS MUSIQUE ET POESIE PHOTOS MUSIQUE ET POESIE


Mes Préférences à Moi Mes Préférences à Moi


La Nature La Nature


~~WOW of the day~~ ~~WOW of the day~~


l'insolite l'insolite


sunrise & sunset sunrise & sunset


See more...

Keywords

Wojciech J. Has
SANATORIO DE LA CLEPSIDRA


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

Photo replaced on December 30, 2019
356 visits

Klepsydrae

Klepsydrae
La Clepsidre / Klepsydra
Hommage à / Tribute to : Wojciech J. Has

(plus de détails en plein écran/more details in full screen)

www.youtube.com/watch?v=21WlqDdM60M&list=PLgzEmzEXhyyS35CLxq0drGZx-6dCWkS5d&index=8

[FR]
"La Clepsidre" (en polonais : Sanatorium pod klepsydrą) est un film polonais de 1973 réalisé par Wojciech Jerzy Has, avec Jan Nowicki, Tadeusz Kondrat, Mieczysław Voit, Halina Kowalska et Gustaw Holoubek. L'histoire suit un jeune homme juif qui rend visite à son père dans un sanatorium mystique où le temps ne se comporte pas normalement. Le film est une adaptation du recueil de contes "Sanatorium Under the Sign of the Hourglass" de Bruno Schulz. Il a remporté le Prix du Jury au Festival de Cannes 1973.
Joseph (Jan Nowicki) voyage dans un monde onirique, prenant un train délabré pour rendre visite à son père mourant, Jacob, dans un sanatorium hors du temps. Lorsqu'il arrive à l'hôpital, il constate que tout l'établissement va s'effondrer et que personne ne semble se préoccuper des patients. Le temps semble se comporter de manière imprévisible, réanimant le passé à travers des caprices artificiels inattendus.

Bien que Joseph soit toujours représenté comme un adulte, son comportement et les personnes qui l'entourent le dépeignent souvent comme un enfant. Il se lie d'amitié avec Rudolf, un jeune garçon qui possède un album de timbres-poste. Les noms des timbres déclenchent chez Joseph une foule d'associations et d'aventures. Parmi les nombreuses occurrences de cette fantasmagorie visuellement puissante, on retrouve Joseph qui revie des épisodes de son enfance avec son père follement excentrique (qui vit avec des oiseaux dans un grenier), qui est arrêté par une mystérieuse unité de soldats pour avoir fait un rêve sévèrement critiqué en haut lieu, qui réfléchit sur une fille dont il a fantasmé dans son enfance et qui réquisitionne un groupe de mannequins de cire historiques. Tout au long de son étrange voyage, un sinistre conducteur de train aveugle réapparaît comme une figure de mort.

Has ajoute également une série de réflexions sur l'Holocauste qui n'étaient pas présentes dans les textes originaux, en lisant la prose de Schulz à travers le prisme de la mort de l'auteur pendant la Seconde Guerre mondiale et de la disparition du monde qu'il a décrit. [Wikipedia].
Le mode de vie de la communauté juive polonaise de l'époque est savamment restitué dans une vérité baroque qui lui donne une réalité empreinte d'un réalisme mystique prégnant et philosophique, qui rend l'ouvrage quasiment hypnotique, tout au moins énigmatique et "viral" pour reprendre la terminologie actuelle, qui nécessite 2 à 3 visions avant d'être complètement appréhendée...

[EN]
The "Hourglass Sanatorium" (Polish: Sanatorium pod klepsydrą) is a 1973 Polish film directed by Wojciech Jerzy Has, starring Jan Nowicki, Tadeusz Kondrat, Mieczysław Voit, Halina Kowalska and Gustaw Holoubek. It is known as The Sandglass in English-speaking countries. The story follows a young Jewish man who visits his father in a mystical sanatorium where time does not behave normally. The film is an adaptation of Bruno Schulz's story collection Sanatorium Under the Sign of the Hourglass. It won the Jury Prize at the 1973 Cannes Film Festival.
Joseph (Jan Nowicki) travels through a dream-like world, taking a dilapidated train to visit his dying father, Jacob, in a sanatorium. When he arrives at the hospital, he finds the entire facility is going to ruin and no one seems to be in charge or even caring for the patients. Time appears to behave in unpredictable ways, reanimating the past in an elaborate artificial caprice.

Though Joseph is always shown as an adult, his behavior and the people around often depict him as a child. He befriends Rudolf, a young boy who owns a postage stamp album. The names of the stamps trigger a wealth of association and adventure in Joseph. Among the many occurrences in this visually potent phantasmagoria include Joseph re-entering childhood episodes with his wildly eccentric father (who lives with birds in an attic), being arrested by a mysterious unit of soldiers for having a dream that was severely criticized in high places, reflecting on a girl he fantasized about in his boyhood and commandeering a group of historic wax mannequins. Throughout his strange journey, an ominous blind train conductor reappears like a death figure.

Has also adds a series of reflections on the Holocaust that were not present in the original texts, reading Schulz's prose through the prism of the author's death during World War II and the demise of the world he described. [Wikipedia]
The way of life of the Polish Jewish community at the time is skillfully reconstructed in a baroque truth which gives it a reality imbued with a powerful mystical and philosophical realism, which makes the work almost hypnotic, at least enigmatic and "viral" to use today's terminology, which requires 2 to 3 visions before it is completely apprehended...

Translate into English

Gerard Payrou, goandgo, ColRam, Marie-claire Gallet and 27 other people have particularly liked this photo


12 comments - The latest ones
 William Sutherland
William Sutherland club
Outstanding shot!

Admired in:
www.ipernity.com/group/tolerance
7 months ago.
Eric Desjours club has replied to William Sutherland club
I thank you, William!
7 months ago.
 Malik Raoulda
Malik Raoulda club
Une histoire sensationnelle...Ça devait être un film trés emouvant, vu l'histoire tragique qu'on connait..Je découvre ,merci pour toutes ces information et bonne fin d'année
7 months ago.
 Pam J
Pam J club
INCREDIBLE PHOTO
7 months ago.
 Jaap van 't Veen
Jaap van 't Veen club
Simply beautiful.
Happy and Healthy 2020 Eric.
7 months ago.
 Frank J Casella
Frank J Casella
This photograph looks like a painting. Superb Eric!
7 months ago.
 neira-Dan
neira-Dan club
un ciel fantastique
7 months ago.
 Ulrich John
Ulrich John club
That’s impressive, Eric ! The picture and the words ! Have a great New Year ! I wish you all my best for 2020 !
7 months ago.
 Michelle Chouchou
Michelle Chouchou club
Superbe !!!!!
Bénédictions de paix, d'amour et de succès pour vous et votre famille pour la nouvelle année 2020 !!!!
7 months ago.
 HelenaPF
HelenaPF club
Cette capture de ciel en folie va totalement avec le film aux images inattendues de restauration de la clepsydre et la musique des Pink Floyd. Merci mon ami pour cette présentation détaillée qui me donne bien sûr envie d'en voir plus! **********************************************************
Vous savez nous tenter si fort!
J'espère que vos vacances se passent bien et que vous n'abusez pas trop des gâteries salées et sucrées dont nous, français; abusons en ces temps de fêtes de fin d'année . Gros bisous à tous
7 months ago.
 Roger (Grisly)
Roger (Grisly) club
Excellent image and a superb narrative!

Thank you for posting in the group
www.ipernity.com/group/magicalsunlight
7 months ago.
 Valeriane ♫ ♫ ♫¨*
Valeriane ♫ ♫ ♫¨* club
ce film devait être très intéressant et la qualité de la restauration est superbe*****************
7 months ago.

Sign-in to write a comment.