Pixel bleu

Pixel bleu

Posted on 05/15/2009


Photo taken on April  2, 2009



Authorizations, license

Visible by: Everyone
Free use

502 visits

Bat l'aine

Bat l'aine
Il y a des évidences, si tu les dis trop tôt, elles ne servent à rien.
Si tu les dis trop tard, non plus.
Aussi bien, tu es rond de flan.
Plouf!
C'est selon.
C'est délicat ces petites choses là.
Faut savoir faire son trou sans perdre de temps.


tag-heure.blogspot.com/2009/01/filet-dhorizons_20.html
ATTENTION !
Si tu cliques sur ce lien, tu dois 20% de ton argent mensuel à un sdf ou qui que ce soit de nécessiteux à portée de ta main.
Si tu ne cliques pas, tu peux y placer la poésie de ton ignorance. Si tu veux. C'est surement plus beau que tout.
Tu n'es jamais perdant avec moi.
Les Roll's sont gratuites, si tu veux.
Ce que tu as au fond du coeur, elle est là, ta vraie richesse.
Paslapaslala.

ilL sait très bien ce que tu fais.
Ne triches pas.
Tu me prends pour qui?

sLv




Elle doivent être belles, les paroles. Elles m'arrachent , elles me lèvent l'Or Stern Om comme pas pilum.

Comments
Daniela
Daniela
Les paroles, les voici...

Allí ame a una mujer terrible,
llorando por el humo siempre eterno
de aquella ciudad acorralada
por símbolos de invierno.

Allí aprendí a quitar con piel el frío
y a echar luego mi cuerpo a la llovizna,
en manos de la niebla dura y blanca,
en calles del enigma.

Eso no está muerto,
no me lo mataron,
ni con la distancia,
ni con el vil soldado.

Allí entre los cerros tuve amigos
que entre bombas de humo eran hermanos.
Allí yo tuve más de cuatro cosas
que siempre he deseado.

Allí nuestra canción se hizo pequeña
entre la multitud desesperada:
un poderoso canto de la tierra
era quien más cantaba.

Hasta allí me siguió, como una sombra,
el rostro del que ya no se veía,
y en el oído me susurró la muerte
que ya aparecería.

Allí yo tuve un odio, una vergüenza,
niños mendigos de la madrugada,
y el deseo de cambiar cada cuerda
por un saco de balas
8 years ago.
Pixel bleu has replied to Daniela
Merci beaucoup.
Mon ~ me le disait bien.
Ce que l'on ne veut plus.

__________________________________________

Ils aiment une terrible femme,
pleurer à cause de la fumée toujours éternel
de la ville Acorralada
par les symboles de l'hiver.

Là, j'ai appris à enlever la peau par le froid
puis jetez-moi dans la bruine,
dans les mains de la brume et dur de couleur blanc
énigme dans les rues.

Ce n'est pas morte,
Je l'ai tué,
ou de la distance
ou la lâcheté soldat.

Il ya parmi les collines, j'ai eu des amis
que la fumée des bombes étaient frères.
Là, j'ai eu plus de quatre points
J'ai toujours voulu.

Il a été notre petite chanson
la foule désespérée:
un puissant chant de la terre
qui d'autre est le chant.

Donc, j'ai suivi comme une ombre,
le visage de qui ne l'est pas,
et j'ai murmuré à l'oreille de mort
apparaissent déjà.

Là, j'ai eu la haine, la honte,
les enfants mendiants dans la matinée
et le désir de changer chaque corde
un sac de balles
8 years ago.
Daniela
Daniela
Olala, quelle horreur ! C'est une traduction Google ça :-)))
8 years ago.
Pixel bleu has replied to Daniela
Ca te fait rire aussi hein? :)))))
Globalement, je suis toujours content moi.
C'est mieux que rien.
8 years ago.