R. Platteau

R. Platteau

Posted on 05/30/2014


Photo taken on May 30, 2014


See also...


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

91 visits

Quand je rentrais voilà ce que je voyais

Quand je rentrais voilà ce que je voyais
et quand je serai mort on pourra dire, comme Pierre Loti : "Elle (l'ancienne servante noire d'Aziyadé) va bientôt mourir, c'est certain; ses yeux qui, après les miens,étaient les seuls ayant regardé Aziyadé avec tendresse, vont s'éteindre et se décomposer; cette image d'Aziyadé, qui persistait encore au fond de sa tête finissante, bientôt n'existera plus... Quand nous mourons, ce n'est que le commencement d'une série d'autres anéantissements partiels, nous plongeant toujours plus avant dans l'absolue nuit noire. Ceux qui nous aimaient meurent aussi; toutes les têtes humaines, dans lesquelles notre image était à demi conservée, se désagrègent et retournent à la poussière; tout ce qui nous avait appartenu se disperse et s'émiette; nos portraits, que personne ne connaît plus, s'effacent;--et notre nom s'oublie.
Pierre Loti - 1892 « Fantômes d'orient »

Comments