Philippe Collard's photos

MONTECH Pente d’eau

14 Sep 2021 4 1 18
A Montech, sur le canal de Garonne, la pente d’eau de Montech était un ascenseur à bateaux. Elle permettait de remplacer un groupe de 5 écluses successives et ainsi de gagner un temps précieux de navigation. Son fonctionnement peut ressembler à celui d’un plan incliné fluvial utilisant un bac. Une machinerie, nommée bouclier-moteur, montée sur pneumatiques, enjambait la rigole où venait se positionner le bateau. De part et d’autre de la rigole, deux « michelines » ou automotrices diesel-électrique adaptées n’avait plus qu’à tracter le navire une fois que le bac était en eau.

MONTECH Pente d’eau

14 Sep 2021 2 15
A Montech, sur le canal de Garonne, la pente d’eau de Montech était un ascenseur à bateaux. Elle permettait de remplacer un groupe de 5 écluses successives et ainsi de gagner un temps précieux de navigation. Son fonctionnement peut ressembler à celui d’un plan incliné fluvial utilisant un bac. Une machinerie, nommée bouclier-moteur, montée sur pneumatiques, enjambait la rigole où venait se positionner le bateau. De part et d’autre de la rigole, deux « michelines » ou automotrices diesel-électrique adaptées n’avait plus qu’à tracter le navire une fois que le bac était en eau.

MONTECH Pente d’eau

14 Sep 2021 8 3 29
A Montech, sur le canal de Garonne, la pente d’eau de Montech était un ascenseur à bateaux. Elle permettait de remplacer un groupe de 5 écluses successives et ainsi de gagner un temps précieux de navigation. Son fonctionnement peut ressembler à celui d’un plan incliné fluvial utilisant un bac. Une machinerie, nommée bouclier-moteur, montée sur pneumatiques, enjambait la rigole où venait se positionner le bateau. De part et d’autre de la rigole, deux « michelines » ou automotrices diesel-électrique adaptées n’avait plus qu’à tracter le navire une fois que le bac était en eau.

MONTECH Pente d’eau

14 Sep 2021 1 17
A Montech, sur le canal de Garonne, la pente d’eau de Montech était un ascenseur à bateaux. Elle permettait de remplacer un groupe de 5 écluses successives et ainsi de gagner un temps précieux de navigation. Son fonctionnement peut ressembler à celui d’un plan incliné fluvial utilisant un bac. Une machinerie, nommée bouclier-moteur, montée sur pneumatiques, enjambait la rigole où venait se positionner le bateau. De part et d’autre de la rigole, deux « michelines » ou automotrices diesel-électrique adaptées n’avait plus qu’à tracter le navire une fois que le bac était en eau.

Canal latéral à la Garonne MONTECH

LA ROCHELLE

09 Sep 2021 8 3 43
Et moi, j'ai rien à manger?

BORDEAUX Librairie MOLLAT

12 Sep 2021 18 3 65
La Librairie Mollat, implantée à Bordeaux, est la première librairie indépendante française, en termes de chiffre d'affaires et de titres en rayon. Elle dispose d'une surface de vente de 2 500 m2 et se situe à l'emplacement de la dernière maison de Montesquieu à Bordeaux. La librairie est dirigée à partir de 1896 par Albert Mollat, originaire du Cantal, qui succède alors à son cousin Bourlange, libraire sous la galerie Bordelaise. Le commerce se porte bien. Une diversification est entreprise avec la mise en vente d'articles religieux ainsi que de maroquinerie, et le début d'une production éditoriale (livres de médecine et sur la porcelaine de Vieillard). Plaque sur la façade de la librairie, rue Porte-Dijeaux. En 1928, la librairie déménage vers son site actuel de la porte Dijeaux, pour des questions d'espace, à l’emplacement de la maison de Montesquieu. En 1949, Jean et Albert, les fils du fondateur, lui succèdent. À partir de 1970, sous l’impulsion de William Mollat, fils d’Albert, la librairie s’agrandit. À cette même époque, Francine Mollat succède à son père Jean. En 1990, la librairie comprend cinq magasins sur le même site et un magasin musique, sur une superficie de 1 200 m2 où officient 70 personnes. C’est à cette époque que Denis Mollat prend le relais de son père à la tête de l’entreprise. En 1996, de grands travaux sont effectués

BORDEAUX Librairie MOLLAT

12 Sep 2021 2 1 16
La Librairie Mollat, implantée à Bordeaux, est la première librairie indépendante française, en termes de chiffre d'affaires et de titres en rayo1. Elle dispose d'une surface de vente de 2 500 m2 et se situe à l'emplacement de la dernière maison de Montesquieu à Bordeaux. La librairie est dirigée à partir de 1896 par Albert Mollat, originaire du Cantal, qui succède alors à son cousin Bourlange, libraire sous la galerie Bordelaise. Le commerce se porte bien. Une diversification est entreprise avec la mise en vente d'articles religieux ainsi que de maroquinerie, et le début d'une production éditoriale (livres de médecine et sur la porcelaine de Vieillard). Plaque sur la façade de la librairie, rue Porte-Dijeaux. En 1928, la librairie déménage vers son site actuel de la porte Dijeaux, pour des questions d'espace, à l’emplacement de la maison de Montesquieu. En 1949, Jean et Albert, les fils du fondateur, lui succèdent. À partir de 1970, sous l’impulsion de William Mollat, fils d’Albert, la librairie s’agrandit. À cette même époque, Francine Mollat succède à son père Jean. En 1990, la librairie comprend cinq magasins sur le même site et un magasin musique, sur une superficie de 1 200 m2 où officient 70 personnes. C’est à cette époque que Denis Mollat prend le relais de son père à la tête de l’entreprise. En 1996, de grands travaux sont effectués.

4418 items in total