Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

364 visits

Le royaume de la Marie Morgane

Le royaume de la Marie Morgane


Les Amiets - Cléder
Translate into English

Brunot, Love Song, Pat, Laurence and 4 other people have particularly liked this photo


9 comments - The latest ones
 Nathalie
Nathalie
Une photo que je dédie tout particulièrement à mon ami JP (Yanperjos).

Je voulais ici te raconter une histoire mon cher JP (toutes les personnes qui passeront par ici sont aussi invitées à la lecture de ces quelques mots si elles le souhaitent et de façon très éphémère compte tenu du temps qui nous est désormais compté ici...).

Quand tu étais un petit garçon, dans ton Finistère Sud, d’autres enfants de ton âge grandissaient, s’initiaient à la vie sur les côtes Nord du même Finistère que le tien plus au Sud, des côtes plus abruptes ici sans doute mais au final c’était du pareil au même. Le breton parlé n’était pas le même, tes parents et les parents de ces enfants du Nord, (vous, ces enfants de ta génération à qui "l'on" a imposé la honte du parlé breton...), auraient sans doute eu du mal à se comprendre oralement, mais au final, ils y seraient quand même parvenus, surtout à la messe, et en suivant les processions lors des pardons, le latin était encore utilisé dans quelques psaumes et de rigueur à cette époque là (peut-être les chansons de messes en breton étaient-elles les mêmes aussi, tu le sais sans doute mieux que moi, tu pourras je l'espère m’éclairer à ce propos) au bistrot après la messes, après quelques verres de gwin ruz pour les hommes ou de café kwiniou pour les femmes, ils se seraient aussi entendus et compris, je n’en doute pas.

Les petits paysans bretons (terme non péjoratif mais affectueux ici) travaillaient beaucoup, du lever jusqu’au coucher du soleil. Lorsqu’ils n’étaient pas au champ, ils étaient à la « grève », la mer apportait l’engrais pour les terres, il fallait aller récolter les algues, charriées par les marées et les vents, quel que soit le temps, à la force des bras et le ramener jusqu’au champ, sur la charrette à force de cheval. Le travail était très difficile et épuisant, mais il fallait nourrir la famille, tel était l’objectif de chaque jour nouveau.

Ces petits paysans bretons du début jusqu'au milieu du XXe siècle, évoluant dans une société diabolisée et asphyxiée par le clergé, ces petits paysans bretons, pièces de choix pour l’Etat français lorsqu’il s’agissait aussi d’envoyer de la chair à canon sur les fronts de toutes les guerres… Et bien ces petits paysans bretons, malgré leur "peurs" incontrôlables, pudeur maladive, malgré leur «castration mentale» générée par ces curés avides de pouvoir et d’argent aimaient malgré tout au plus profond d’eux-mêmes leurs êtres chers et surtout leurs enfants. Au fond d’eux-mêmes, ils les aimaient sans doute bien plus que « Dieu » mais il fut alors incongru de l’admettre à cette époque là. L’admettre aurait été à cette époque là gagner avec certitude sa place au «purgatoire» punition divine suprême, impossible pour eux de prendre le risque…

Ces petits paysans bretons de bord de mer, happés, dévorés et épuisés par leur dur labeur quotidien devaient pourtant assurer la protection de leurs enfants qu’ils aimaient, les protéger de tous les dangers de leur "mer nourricière". Alors, faute de mieux, ils les mettaient en garde : «n’approchez pas trop près de l’eau, sinon la Marie Morgane viendra vous chercher, vous emmènera et nous ne nous reverrons jamais». Il semble que cette menace ait porté ses fruits. Jusque dans les années 60 - 70, peu de petits bretons savaient nager, «l’eau» étant synonyme de danger, séparation ou mort, ils ne l’approchaient pas ou très peu. La «plage» telle que nous l'appelons aujourd'hui, et bien pour eux, c’était juste la «grève», lieu de travail et de danger suprême.

Après les années 70, les choses ont commencé à évoluer, les enfants ont appris à nager grâce à l’école, les cours de natation en piscine ou même à la «plage» grâce à des cours de natation proposés par certaines communes du littoral breton. Je dois dire toutefois que j’en connais encore beaucoup aujourd’hui, de ces gens élevés en bord de mer, même des pêcheurs professionnels… qui ne savent pas nager, qui ne peuvent profiter de la plage tout comme les "touristes" savent le faire, ceux pour qui, la «mer» est inconsciemment synonyme de «danger" sans doute mais pour qui la mer est aussi synonyme de bien plus encore. Synonyme « d’être nourricier », ou « d'être protecteur » aussi, et oui, entendre la mer gronder ou bruisser calmement en fond sonore le soir lorsque tu es couché dans ton lit peut-être extrêmement apaisant, cela ne peut pas s’expliquer, cela ne peut que se vivre… J’ai eu la chance de le ressentir et de le vivre à sa pleine et juste valeur. Je n'ai jamais rien connu ailleurs qui pourrait remplacer ce sentiment enveloppant et apaisant, "l'entendre". Je ne peux plus vivre ni ressentir aujourd'hui (je ne suis pourtant qu'à 5 km d'elle), cette mer, bien trop loin de moi..., une véritable frustration viscérale... "elle" me manque, beaucoup, comme s'il manquait quelque chose d'essentiel à ma vie, c'est pour te dire toute son influence...

J’ai pensé à la Marie Morgane quand j’ai vu cette photo apparaître sur mon écran. Une photo imparfaite, bizarre aussi, pas vraiment nette, pas vraiment floue non plus, photo que je n’ai pas du tout retouchée, rien, j'ai pourtant essayé… (lumière, contrastes, couleurs… ) aucun réglage en post-traitement ne me convenait, je l’ai définitivement préférée brute, avec juste un petit encadrement blanc.

Pourrais-je donc en déduire (en bonne bretonne) que la Marie Morgane à cet instant précis où j'ai déclenché ma pose longue m’aurait fait passer le message qu’elle me donnait le feu vert pour dire à tous qu'elle s’occupe bien de tous ces êtres chers qu’elle a pu emporter jusqu'au plus profond de ses Abysses et qu’elle les protège, qu'elle me le montrait dans cette douce photo...c’est ce qu’il me plait à moi de croire en tout cas, à chacun ses croyances....

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur la "Marie Morgane" fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Morgane

Pour nos projets 2017, je souhaite (entre autres), mon cher JP, que nous allions ensemble à un concert de Denez Prigent, (tu n’as pas le droit de refuser), un moment passé avec ce merveilleux chanteur breton est un moment qu'un vrai breton comme toi et moi qu'il soit du nord ou du sud ne peut manquer dans sa vie et dans ses tripes de breton, il chante la «gwerz» comme nul autre, je souhaite vivre un tel moment avec toi).

Je t’embrasse fort mon ami
3 years ago. Edited 3 years ago.
 Clotilde M
Clotilde M club
La fée de l'eau t'a accompagnée pour cette fabuleuse photo,

J'espère de tout coeur que tu iras avec JP à ce concert que tu souhaites...

Bises Nathalie
3 years ago.
 Olivmo
Olivmo
L'essence de toutes choses qui apaise notre cœur si malmené par le temps qui court...
Bizh
3 years ago.
 hervé
hervé
Marie et Morgane ? des anciennes (ou nouvelles) conquètes a JP ??

......c'est incroyable le nombre de gens qui mettent encore des photos sur ce site LOL
3 years ago.
 hervé
hervé
ta photo a l'air un peu surex, une sorte de high-key bretonnesque :-)
3 years ago.
 Sylvain Wiart
Sylvain Wiart club
sympa ce com accompagnant la photo !
3 years ago.
 Anonymous Visitor ®
Anonymous Visitor ®
J'aurai aimé envoyé un petit mot perso à chacun... mais... la "chose" est quasiment impossible... ;- (

alors ce sera un tir groupé... pour ce Noël 2013 2016...

Je vous souhaite une merveilleuse fête de Noël, avec beaucoup d'Amour, de joies et de rires...

Mes amitiés à toutes et à tous... :)

Joyeux Noël ♫

Clotilde AV
3 years ago.
 Hubs 56
Hubs 56 club
... ça doit être bien d'être reine là-bas
kenavo, Hubs
3 years ago.
 Love Song
Love Song club
wooooWWWWw *_* J*******************************
2 years ago.

Sign-in to write a comment.