"Sans titre (Le Refuge)" (2007) - Stéphane Thidet

ambiances - atmospheres

Among manu''s albums


Location:
View on map


"Sans titre (Le Refuge)" (2007) - Stéphane Thidet

"C’est en construisant un poétique paradoxe que Stéphane THIDET fait de l’habitat le support d’un rêve éveillé. Sans titre (le Refuge) de 2007, est une maisonnette en bois, constituée d’une seule pièce, cabane cossue dans laquelle sont disposés quelques éléments de mobilier ; table, chaise, vase, malle, des tasses, des livres, un plafonnier allumé, vacillant. Le tout baigne littéralement dans une atmosphère curieuse puisque la pluie s’abat à l’intérieur même de ce " Refuge ". Les objets réels, du quotidien, sont disposés comme les témoins d’une déshérence humaine et les nouveaux protagonistes d’un conte, qui s’érodent goutte à goutte, rongés par l’eau. Plus question de maquette, cette apparition merveilleuse et menaçante se trouve dans l’espace réel, à échelle humaine, et perturbe les sens et les acquis. La demeure ne sert plus d’habitat, la cabane n’est ni refuge, ni abri originel contre la météo, elle n’est plus que le théátre d’une fiction. Fiction ou conte ? Comme pourraient le suggérer les livres présents, peut-être est-ce de leur récit fantastique que nait un tel phénomène, qui, usés par les goutes, libèreraient ainsi leur magie dans notre monde. Par ailleurs il semble évident que la notion de temporalité soit convoquée dans cette œuvre, chaque matériau se délitant dans une lente corrosion. Ainsi pourrait-on penser que face à l’émerveillement que suscite cette œuvre chez chaque spectateur, petit ou grand, il y a quelque chose qui nous parle de la persistance des contes dans notre société, notre imaginaire, notre áme d’enfant. Mais l’œuvre finalement incite purement à l’évasion. Comme lorsque les surréalistes créaient des objets inutilisables, dont le fameux exemple est le Déjeuner en fourrure (1936) de Meret Oppenheim. Le spectateur plonge spontanément et malgré lui dans l’univers paradoxal, rêvé, duquel ils sont issus. Peut-être est-ce de cette seule façon que cette maison pourrait être investie, que " l’homme habite en poète ", comme le disait Heidegger, en reprenant le vers d’Hölderlin." www.lesabattoirs.org/blog/des-histoires-doeuvres/lhabitat-vu-par-lart-contemporain

Location:
View on map


Marché de Noël Alternatif et Solidaire - Toulouse 2015

... jusqu'au 20 décembre. Informations (sur FB, vous êtes prévenu ! :-D )