Diegojack

Diegojack

Posted on 03/25/2016


Photo taken on March 25, 2016



See also...


Keywords

Nikon
Guisan
NikonPassion
Général
Monuments
Histoire
Ouchy
Lausanne
Statues
Sculptures
Création
D7200


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

84 visits

Monument Henri Guisan, Ouchy

Monument Henri Guisan, Ouchy
Henri Guisan, né le 21 octobre 1874 à Mézières, canton de Vaud, Suisse et mort le 7 avril 1960 à Pully, fut le général commandant en chef de l'armée suisse pendant la Seconde Guerre mondiale.
En 1893, Henri Guisan obtient le baccalauréat en lettres après avoir fréquenté le collège classique cantonal et le gymnase à Lausanne. Henri Guisan tâte d'abord de la théologie et du droit à l'Université de Lausanne avant d'opter pour l'agronomie, qu'il étudie à Hohenheim, en Allemagne, et à Lyon. En 1896, il achète le domaine de Bellevue, à Chesalles-sur-Oron. Il fait son école de recrues d'artillerie à Bière. Promu lieutenant en 1894, il accède successivement à tous les grades militaires pour devenir commandant de corps en 1932.
Le 30 août 1939, l'Assemblée fédérale le désigne comme Général de l'armée suisse (grade existant uniquement en cas de risque de guerre) soit commandant en chef de l'armée suisse par 204 voix contre 21, responsabilité qu'il assume durant toute la Seconde Guerre mondiale (1939-1945). Il est l'auteur du concept du Réduit national, visant à replier l'armée dans l'arc alpin suisse en cas d'invasion. Une convention militaire secrète passée avec la France en 1939, tomba aux mains des Allemands en 1940. Ce fut pour lui et la Confédération suisse un sérieux danger.

Le 25 juillet 1940, il tient au Grütli un rapport d'armée qui eut un grand retentissement tant dans le pays qu'à l'étranger. Henri Guisan est aussi aimé et respecté en Suisse alémanique, où il s'exprime autant en suisse allemand qu'en français.
Le 20 août 1945, le général Guisan demande au Conseil fédéral de le décharger de ses responsabilités militaires. Entré dans la vie civile, il s'installe au domaine de Verte-Rive, à Pully, aux portes de Lausanne.

Comments