Diegojack

Diegojack

Posted on 02/19/2009


Photo taken on February 19, 2009


See also...


Keywords

Monuments


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

15 visits

Château de Colombier (NE)

Château de Colombier (NE)
La région de Colombier est habitée à l'âge de pierre déjà par des hommes des cavernes. De nombreuses générations de Lacustres se succèdent plus tard dans les huttes sur pilotis des rives d'un lac poissonneux. Puis les Helvètes apparaissent, qui défrichent les forêts et bâtissent les premières habitations sur terre ferme. Au premier siècle avant notre ère, les Romains construisent, à l'emplacement actuel du château, un grand bâtiment, auquel viennent s'accoler au cours des quatre premiers siècles chrétiens des pavillons et dépendances; l'ensemble constitue alors le centre d'une importante exploitation rurale. Au Ve siècle, le site est ravagé et les constructions sont détruites par les Alémanes affluant de l'Est; puis, les Burgondes venus de l'Ouest édifient sur les ruines de l'ancienne villa une ferme en bois, qui est flanquée ultérieurement d'un donjon d'une trentaine de mètres offrant refuge à la population du voisinage. Au XIIIe siècle, des tours et un rempart sont érigés, une chapelle est construite. Pendant 200 ans, les seigneurs de Colombier vivent dans cette place forte, l'agrandissant constamment et la transformant progressivement en un manoir habitable, puis confortable. Leurs descendants, les familles de Chauvirey et de Watteville, rénovent et achèvent la construction du château dans sa forme essentielle actuelle et son style gothique. Devenu siège de la perception des dîmes, le château reçoit ensuite des adjonctions comprenant caves, greniers et étables. En 1657, lorsque le châtelain Abraham Mouchet doit payer ses dettes à Henri II d'Orléans, celui-ci remet tout ce qu'il doit à condition qu'il construise des allées bordées d'arbres, qui sont encore aujourd'hui l'un des caractéristiques des abords du château. Au XVIIIe siècle, nouvel aménagement intérieur. En 1762, Jean-Jacques Rousseau proscrit de France et de Genève y réside quelque temps; il a décrit son séjour dans le livre XII de ses Confessions. Le XIXe siècle est une triste époque pour le château qui se dégrade et sert à tous usages – séquelles indirectes de la Révolution française. On y établit d'abord un hôpital militaire, puis on le transforme en logements locatifs. En 1824, il devient une caserne, plus tard un orphelinat, en 1850, caserne fédérale d'artillerie avec manège et écuries. C'est ainsi qu'est consommée sa défiguration extérieure. Au début du XXe siècle, le mal était si grand et les bâtiments dans un état tel qu'il fut question de tout abattre. Mais en 1908, l'intendant des bâtiments de l'Etat réussit à obtenir les crédits indispensables, un million de francs qui ont permis de restaurer et embellir le château, sous la direction d'Albert Naef, l'archéologue bien connu. Depuis 1954, le château abrite le musée militaire neuchâtelois et le musée des toiles peintes. Actuellement il est assurément la résidence la plus belle dont dispose chez nous le commandement d'une école de cadres.

Comments