Diegojack

Diegojack

Posted on 07/16/2010


Photo taken on July 16, 2010



See also...


Keywords

chevaux
Animalières


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

15 visits

Galop en liberté

Galop en liberté
Une puissante musculature mise en évidence par la course.

En 1942, l'effectif des chevaux en Suisse atteignait 144'375 sujets pour 76'915 propriétaires. On dénombrait 25'468 chevaux uniquement dans le canton de Berne et le Jura.

Au 18ème siècle, le «cheval du Jura» était un cheval de trait léger. Ses caracteristiques principales étaient les suivantes : tête lourde, épaisse, encolure courte, dos ensellé (concave), membres secs et jarrets gras, ainsi qu'une excellente attache des membres et une forte ossature.

Le «cheval du Jura» était principalement utilisé dans l'agriculture, l'artillerie et les troupes de train.

En 1830 fut fondée la «Société pour l'amélioration de l'élevage du cheval en Suisse». Son but consistait à créer une race optimale à partir du cheval existant, sous la forme d'un cheval «anglo-normand» avec des caracteristiques telles qu'un tempérament vif, de bonnes allures et un bon caractère.

Au cours de la période allant de 1890 à 1895, la société tenta divers croisements avec des chevaux pur-sang, dans l'idée de créer un cheval apte à être utilisé par la cavalerie. Des étalons Uxbridge, BecHellouin, Serapis et Masque de fer furent choisis à cet effet.

Toutefois, ces essais échouèrent. On devait en effet constater un certain nombre de défauts : poitrine trop étroite, membres trop fins, trop haut sur jambes. Les conclusions s'imposaient d'elles-mêmes: mieux valait créer une race homogène sur la base de croisements bien étudiés.

Au début du 20ème siècle, différentes races, percheronne, ardennaise et anglaise, furent importées pour assurer le futur élevage des chevaux du Jura. La «Société de l'amélioration de l'élevage du cheval en Suisse» definissait alors deux sortes de chevaux :

1. Le cheval de dragon et d'artillerie.
2. Le cheval de trait avec de la masse et de bonnes allures.

Grâce aux croisements effectués avec des étalons étrangers et à la volonté d'éliminer les défauts les plus graves ( mauvais sabots, éparvins, paturons faibles ou dos ensellé), la race ne cessa de progresser.

En 1914 enfin, d'autres améliorations permettaient de faire bénéficier le cheval jurassien de qualités supplémentaires : endurance, sobriété, rusticité et docilité.

Les caractéristiques idéales des chevaux du Jura pouvaient se décliner ainsi :

Tête : Marque l'énergie, le courage, la résistance, la vigueur, elle est finement veinée. Expressive, mobile et attentive, elle doit former un angle droit avec l'encolure.
Garrot : Bien développé, correspondant à une épaule longue et une bonne profondeur de poitrine.
Poitrail : Large, profond, bien descendu.
Dos : Droit, large et soutenu.
Cuisses : Longues et musclées, bien descendues.
Epaule : Longue, inclinée, musclée.
Jambes : Larges, longues, musclées.
Jarrets : Très importants, larges, longs, réguliers, secs et nets.
Sabot : Le sabot fait le cheval !
Formé d'un cercle élastique, ouvert à l'arrière, fourchette élastique, branches de hauteur suffisante. Ses qualités : dureté et élasticité .

Comments