With...

Roger
Léopold
Kloz
Dali 425
j-p l'@rchéo

See also...


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

3 431 visits

Petite histoire du cacao 1/3

Petite histoire du cacao 1/3
===

Sur l'image : "Le cacaoyer découvert par les Aztèques". Veuillez excuser la mauvaise qualité technique de cette photo prise par moi-même en 2006, à travers une vitre, à la Maison du Cacao située à Pointe Noire, lors de mon passage en Guadeloupe en 2006...

===

En Guadeloupe, la Côte-sous-le-Vent fut jadis le berceau de la culture du cacao. C'est sur le territoire de l'une des communes qui la composent, à Pointe-Noire exactement, que la Maison du cacao a élu domicile. Dans un jardin aménagé, parmi les crotons, roses de porcelaine, cacaotiers (ou cacaoyers), des panneaux indicatifs racontent l'épopée du cacao. On s'en remet à la légende qui prête aux Aztèques la primeur de la culture du cacaoyer. Les fèves contenues dans les cabosses leur servent de produit de consommation et de monnaie d'échange. Le mot "cacao" tire sans doute son origine de «cacahoatl», nom donné aux graines. Le cacaotier « amené sur terre par le dieu Quetzacoalt » donne le «xocoatl*», un breuvage considéré comme sacré, portant force et fortune. En 1519, Cortès et ses soldats, venus pour conquérir le Mexique, n'apprécient guère cette boisson amère et très épicée qu'ils reçoivent en offrande. Pus tard, ce seront des religieux inspirés qui y ajouteront du sucre et de la vanille, donnant ainsi naissance au chocolat.

En 1524, le cacao révolutionne l'Europe. En plus d'être une denrée, il redevient une monnaie d'échange pour l'achat d'esclaves. Pendant près d'un siècle, les Espagnols en gardent le monopole. Tout comme ils protègent jalousement leur délicieuse recette. En 1615, le mariage de Louis XIII avec Anne d'Autriche, princesse espagnole, en permet l'introduction sur les terres du Royaume de France : c'est l'engouement ! Toutes les Cours suivent la mode en buvant du chocolat. La culture du cacao se développe alors aux quatre coins du globe. Les Caraïbes n'y échappent pas, l'implantation du cacaotier et sa culture prédominent. Jusqu'au XVIIème siècle, seule la boisson existe. Ce n'est qu'en 1674 que le premier chocolat à croquer apparaît, à Londres, sous le nom de "chocolat en boudin à l'espagnole".

Tout le monde accède enfin au chocolat qui se démocratise. Mais le marché économique se dégrade pour la Guadeloupe. Le cacao africain, plus abondant et moins cher, prend le pas sur les autres. Sur l'île, les cyclones, les cultures de la canne et de la banane détrônent le cacaotier qui disparaît bientôt des cultures traditionnelles.

Sophie Garcia-Lopez
*Le mot chocolat viendrait de xocoatl.

===



El dios Quetzalcóatl


Los Aztecas adaptaron la leyenda así : El dios Quetzalcóatl (representado por los mortales como "la Serpiente emplumada" bajó de los cielos para transmitir sabiduría a los hombres y les trajo un regalo: la planta del cacao. Al parecer, los otros dioses no le perdonaron que diera a conocer un alimento divino y se vengaron desterrándolo: fue expulsado de sus tierras por el dios Txktlpohk, esta versión en realidad es una confusión con la versión griega acerca del fuego robado a los dioses por Prometeo (recuerdese que los mayas relacionan el cacao con el fuego y el agua).

===



===
Translate into English

Nino Castione has particularly liked this photo


Comments
 .Krisonteme
.Krisonteme club
ma 2eme drogue lol
10 years ago.
Daniela club has replied to .Krisonteme club
Ah oui ? C'est bon pour le moral, dit-on...
10 years ago.
 j-p l'@rchéo
j-p l'@rchéo
Un xocoat uno !

Fais gaffe, c'est un affreux dyonisiaque ...
10 years ago.
Daniela club has replied to j-p l'@rchéo
Aphrodisiaque, merci de le rappeler, Larcheo... Je vais développer le thème sur cette page... J'ai un réseau d'amis formidables :-)))
10 years ago. Edited 10 years ago.
Daniela club has added
Les vertus du cacao

♥ La sérotonine est un neurotransmetteur anti-stress fourni par le chocolat [3 mg pour 100 grammes], mais en plus la caféine et la saccharose contenus dans les tablettes encouragent sa secrétion par l'organisme, qui la libère au niveau du cortex, grâce aux terminaisons de certains neurones. La sérotonine voit son taux diminuer lors des dépressions nerveuses. Comme le chocolat en est un double pourvoyeur, les victimes de chagrins d'amour ont encore une bonne raison de se livrer instinctivement à une débauche de bouchées et de truffes. Cette auto-administration compensatrice a pour corollaire - exactement comme dans le cas de la phényléthylamine - un cercle vicieux orchestré par le plaisir des sens.

♥ La caféine [70 mg/100 gr], voilà encore un alcaloïde comme on les aime ! Bien connue pour ses effets toniques, elle augmente la résistance à la fatigue - due par exemple aux joutes amoureuses... Elle favorise l'activité intellectuelle (comme le fin jeu de la séduction), stimule la perception visuelle (style les yeux dans les yeux) et accroît la vigilance (lors de longues nuits de libertinage)...

♥ La théobromine [600 mg/100 gr] est une base azotée qui stimule le système nerveux central. Par ses propriétés diurétiques, c'est aussi un tonicardiaque qui dilate légèrement les artères coronaires, ce qui accélère le débit sanguin. Enfin, c'est un alcaloïde analogue à la caféine qui facilite l'effort musculaire (style sport en chambre) et excite tous les appétits, même les plus gaulois. Identifiée en 1842 par l'imprononçable chercheur Woskresensky, la théobromine connaît de nombreuses applications dans divers médicaments antalgiques, diurétiques, anti-névralgiques et anti-asthmatiques.

♥ La fameuse phényléthylamine, en laquelle le chocolat serait l'aliment le plus riche [20 mg/100 gr de chocolat noir] appartient à la grande famille des catécholamines. En clair, c'est une substance chimique dite d'éveil qui joue le rôle de neurotransmetteur antidépresseur. Tout cerveau humain en possède déjà naturellement, puisque cette bonne fée est responsable de l'état d'euphorie des amoureux. Psycho-stimulante, elle ressemble comme deux gouttes de speed à une amphétamine. Pas étonnant qu'injectée à un rat de laboratoire, cette "stupéfiante" molécule en fasse en moins de deux un accro de cacao !

Au Psychiatric Institute de New York, le Docteur Schwartz confirme ses propriétés passionnelles : « Les fanas du chocolat éprouvent les mêmes sensations que les gens sous amphétamines. Et quand ils se sentent mal, ils ressentent les mêmes symptômes que ceux qui arrêtent... »

♥ La thyramine [2 mg/100 gr] est un dérivé actif d'acide aminé. Enfin, pour aggraver son cas, le lascif cacao - par le plaisir qu'il procure - fait secréter des endorphines : substances calmantes et euphorisantes voisines de l'opium !!!
10 years ago.

Sign-in to write a comment.