See also...


Keywords

Victor Jara
Chili
Junte militaire
Pinochet


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

2 364 visits

Qui donc était cet homme ?


===

Victor Jara [1932-1973], supplicié par la junte militaire de Pinochet en 1973...
Cette chanson raconte très exactement le martyre subi par Victor Jara...


===

Réouverture de l’enquête sur l’assassinat de Victor Jara :

La justice chilienne rouvre l’enquête sur l’assassinat du chanteur Victor Jara, torturé et exécuté le 15 septembre 1973 dans le stade de Santiago du Chili lors du coup d’État du général Pinochet.

Le juge chilien Juan Eduardo Fuentes a indiqué qu’il allait examiner 40 nouveaux éléments de preuve fournis par la famille du chanteur.

Victor Jara a été tué en 1973 à Santiago du Chili au Stade National, lors des premiers jours du coup d’État de l’ancien dictateur Augusto Pinochet.

La veuve du chanteur, Joan Jara, déclare que ce meurtre est devenu un symbole international de la lutte contre les abus commis contre les droits de l’Homme. Pour elle, la réouverture de l’affaire « ouvre la voie à la poursuite de l’enquête et à la recherche de la vérité ».

Victor Jara faisait partie des milliers de personnes qui ont été arrêtées et conduites au stade de Santiago lorsque le général Pinochet a pris le pouvoir, durant le coup d’Etat militaire du 11 septembre 1973 qui a renversé le président élu, Salvador Allende. Une fois sur place, un officier lui a coupé les doigts à la hache afin qu’il ne puisse plus jouer de guitare, ont rapporté les témoins. Victor Jara a ensuite été exécuté par balle.

Agé de 38 ans, Victor Jara était un des pères fondateurs de la Nouvelle Chanson au Chili et un partisan du président Salvador Allende.

Le magistrat Fuentes avait statué le mois dernier, jugeant que Mario Manriquez, un colonel à la retraite de l’armée chilienne, avait tué Victor Jara en 1973, mais il avait clôturé le dossier après cette mise en examen. La famille de Victor Jara - qui considère que l’Armée protège d’autres personnes qui pourraient porter une part de responsabilité - s’est félicitée de la décision du juge de rechercher davantage de preuves.

Le colonel Manriquez, qui était l’officier en charge du stade où Victor Jara a été détenu, est en résidence surveillée et sera condamné à une date ultérieure.

Un rapport officiel publié après le retour de la démocratie au Chili en 1990 a montré que 3.197 personnes sont mortes ou ont disparu sous le régime militaire de Pinochet.

Source : BBC

===



===

A la vue des fusils pointés sur les maisons
A celle des égouts où crevaient des chansons
Il s’est mis à crier quand passait le troupeau
De ses frères promis à la main du bourreau.

Qui donc était cet homme
Egaré parmi nous
Qu’on entendait chanter
Lorsque grondaient les loups ?

Il a pris sa guitare quand ils l’ont vu passer
Les soldats en furie sont venus l’arrêter
Au milieu de la ville il y avait un stade
Au milieu de ce stade on a mis une table.

Devant tous ses amis en prison sur le stade
On a tenu les mains du chanteur sur la table
Puis avec une hache sans la moindre pitié
On a tranché les doigts de l’homme révolté.

Maintenant chante encore, a dit un officier
En levant ses mains rouges il s’est mis à chanter
Puis la foule a repris le chant du supplicié
Alors pour qu’ils se taisent les soldats ont tiré.

Sur les routes sans fin il paraît qu’il chemine
Pour chanter à jamais dans son pays en ruines.
Le grand oiseau tout blanc aux deux pattes coupées
Et qui chante en saignant s’appelle Liberté.


Paroles et musique : Pierre Chêne [1973]
Interprète : Sœur Anne-Thérèse Piraux

===
Translate into English

Comments

Sign-in to write a comment.