See also...


Keywords

Chili
Pablo Neruda
Poème n° 15


Authorizations, license

Visible by: Everyone
Free use

589 visits

Victor Jara : Me Gustas Cuando Callas


===

Victor Jara chante le poème 15 de Pablo Neruda
Paroles en espagnol :

Me gustas cuando callas porque estás como ausente,
y me oyes desde lejos, y mi voz no te toca.
Parece que los ojos se te hubieran volado
y parece que un beso te cerrara la boca.

Como todas las cosas están llenas de mi alma
emerges de las cosas, llena del alma mía.
Mariposa de sueño, te pareces a mi alma,
y te pareces a la palabra melancolía.

Me gustas cuando callas y estás como distante.
Y estás como quejándote, mariposa en arrullo.
Y me oyes desde lejos, y mi voz no te alcanza:
déjame que me calle con el silencio tuyo.

Déjame que te hable también con tu silencio
claro como una lámpara, simple como un anillo.
Eres como la noche, callada y constelada.
Tu silencio es de estrella, tan lejano y sencillo.

Me gustas cuando callas porque estás como ausente.
Distante y dolorosa como si hubieras muerto.
Una palabra entonces, una sonrisa bastan.
Y estoy alegre, alegre de que no sea cierto.


===

Réouverture de l’enquête sur l’assassinat de Victor Jara

La justice chilienne rouvre l’enquête sur l’assassinat du chanteur Victor Jara, torturé et exécuté le 15 septembre 1973 dans le stade de Santiago du Chili lors du coup d’État du général Pinochet.

Le juge chilien Juan Eduardo Fuentes a indiqué qu’il allait examiner 40 nouveaux éléments de preuve fournis par la famille du chanteur.

Victor Jara a été tué en 1973 à Santiago du Chili au Stade National, lors des premiers jours du coup d’État de l’ancien dictateur Augusto Pinochet.

La veuve du chanteur, Joan Jara, déclare que ce meurtre est devenu un symbole international de la lutte contre les abus commis contre les droits de l’Homme. Pour elle, la réouverture de l’affaire « ouvre la voie à la poursuite de l’enquête et à la recherche de la vérité ».

Victor Jara faisait partie des milliers de personnes qui ont été arrêtées et conduites au stade de Santiago lorsque le général Pinochet a pris le pouvoir, durant le coup d’Etat militaire du 11 septembre 1973 qui a renversé le président élu, Salvador Allende. Une fois sur place, un officier lui a coupé les doigts à la hache afin qu’il ne puisse plus jouer de guitare, ont rapporté les témoins. Victor Jara a ensuite été exécuté par balle.

Agé de 38 ans, Victor Jara était un des pères fondateurs de la Nouvelle Chanson au Chili et un partisan du président Salvador Allende.

Le magistrat Fuentes avait statué le mois dernier, jugeant que Mario Manriquez, un colonel à la retraite de l’armée chilienne, avait tué Victor Jara en 1973, mais il avait clôturé le dossier après cette mise en examen. La famille de Victor Jara - qui considère que l’Armée protège d’autres personnes qui pourraient porter une part de responsabilité - s’est félicitée de la décision du juge de rechercher davantage de preuves.

Le colonel Manriquez, qui était l’officier en charge du stade où Victor Jara a été détenu, est en résidence surveillée et sera condamné à une date ultérieure.

Un rapport officiel publié après le retour de la démocratie au Chili en 1990 a montré que 3.197 personnes sont mortes ou ont disparu sous le régime militaire de Pinochet.

Source : BBC

===