Keywords

ponctuation


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

118 visits

Ponctuation-Mathilde


Un poème de Maurice Carême dit par Math.
Voici aussi un article sur les effets de la ponctuation :


Signes extérieurs de viralité
LE MONDE | 19.10.2012 à 15h23 Par Marlène Duretz, C'est tout Net !


"Oui aux "!", non aux "?", à vous de voir pour les "#". La ponctuation peut-elle réduire vos chances de croissance virale ? Cette question, parmi d'autres, introduit un article du site Frenchweb.fr, qui se fait le relais d'une infographie concoctée par la plate-forme marketing Compendium (bit.ly/T02LOQ). Et notamment sur l'intérêt que présente la ponctuation pour les contenus postés, sur Linkedln et Twitter, par une entreprise.

Un point c'est tout. Abonnée à ces deux réseaux sociaux, ma présence, certes étroitement liée au groupe qui m'emploie, ne s'inscrit nullement dans quelque démarche commerciale. Mais, marketing ou pas, je ne résiste pas à l'idée de tirer profit du volet relatif aux signes de ponctuation - les "!" et "?" - dont je fais une surconsommation. A tort ? "L'introduction d'un point d'interrogation dans un message sur les réseaux sociaux génère une baisse des clics (...) Tendance plus forte sur Twitter, où le message composé d'un point d'interrogation verra son taux de clics baisser de 39 % en B2B et de 52 % en B2C."
Un mauvais point pour moi, amatrice de ce signe... accrocheur. Car "de tous les signes de ponctuation, le point d'interrogation est le plus élégant et sûrement celui qui attire le plus l'oeil, par son galbe, parce qu'il domine la ligne (...) Une vraie vedette", écrivent Olivier Houdart et Sylvie Prioul dans La Ponctuation ou l'art d'accommoder les textes (Seuil, 2006). Je me l'étais tenu pour dit.

Et le point d'exclamation, "signe de toutes les émotions", selon le duo Houdart-Prioul, est-il trop racoleur ? "A l'inverse de Twitter, écrit Frenchweb.fr, l'introduction d'un point d'exclamation dans un message Linkedln augmentera le taux de clics."

Enfin, le hashtag augmente, notamment en B2B, le taux de clics de 56 % sur Linkedin et de 193 % sur Twitter.

Moralité : point d'interrogation à la trappe sur les réseaux sociaux, suprématie du point d'exclamation et du hashtag. Comprenne qui pourra mon prochain message sur Linkedln : "Je dis oui aux !!!! #succesgaranti."

Marlène Duretz, C'est tout Net !

Comments