Alain-Bernard

Alain-Bernard

Posted on 08/28/2014


Photo taken on August 28, 2014



Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

1 463 visits

Protection anti-UV pour les enfants atteints par la maladie des "Enfants de la Lune", le xéroderma pigmentosum. Maladie génétique, l'enfant est brûlé par les UV même à faible dose.

Protection anti-UV pour les enfants atteints par la maladie des "Enfants de la Lune", le xéroderma pigmentosum. Maladie génétique, l'enfant est brûlé par les UV même à faible dose.
Ces casques avec visière ne sont pas des plus esthétiques mais ils constituent un énorme progrès pour la protection des enfants malades en comparaison des solutions précédentes avec la cagoule blanche et la visière très foncée. On peut enfin voir le visage des enfants.
Cet équipement est issu de la recherche spatiale. Il dérive de l'équipement des astronautes qui doivent sortir dans l'espace, exposés aux rayonnements dangereux.
C'est une retombée heureuse de la recherche spatiale.

Photo de l'association "Les enfants de la Lune"

Des précisions ici :

enfantsdelalune.org/?page_id=123

Lorenzo Kjell Salmonson, Chantal, Don Sutherland and 2 other people have particularly liked this photo


11 comments - The latest ones
Alain-Bernard
Alain-Bernard
Je complèterai le commentaire, j'attends des précisions de l'association sur cet équipement.
4 years ago.
Calamity Gene
Calamity Gene
oui, toute mon émotion et mon respect
jeanne
4 years ago.
Don Sutherland
Don Sutherland
Great shot and explanation.
4 years ago.
Alain-Bernard
Alain-Bernard
Je suis de coeur avec vous.
4 years ago.
Alain-Bernard
Alain-Bernard
Ça, c'est une question dont la réponse n'est pas évidente.

Mais il n'est pas impossible que grâce aux programmes spatiaux, on soit en mesure un jour de sauver des millions de vies humaines. On sait que la probabilité pour qu'un géocroiseur, c'est-à-dire un gros astéroïde se dirige vers la Terre n'est pas nulle. Son impact provoquerait d'énormes catastrophes selon l'endroit où il tomberait. Or la NASA et l'ESA étudient le moyen de détecter et détourner un tel bolide pour éviter la collision. C'est un problème pris très au sérieux par les gouvernements.

Le programme Rosetta fait partie de ces investigations. On a pisté la comète Churiomov-Geracimenko avec la sonde Rosetta lancée il y a 10 ans et qui est actuellement à quelques kilomètres de la comète. La sonde va larguer en novembre un atterrisseur nommé Philae. Il permettra, entre autre, d'analyser la matière qui constitue cette comète.

Un article sur Philae.
www.ipernity.com/doc/alain-bernard.haioun/30359125

Si on prouve que l'on sait faire un tel rendez-vous avec un corps comme celui d'une comète, on aura le moyen d'organiser aussi des rendez-vous avec les géocroiseurs menaçant et mettre en oeuvre des dispositifs de déviation salvateurs. Il suffira d'une seule opération réussie comme celle-là pour justifier la totalité des sommes mises dans les programmes spatiaux, dont chacun apprend quelque chose d'indispensable à connaître pour réaliser le sauvetage de la Terre. Même si cela ne se produit que dans 50 ou 100 ans, le jeu en vaut la chandelle.

D'une façon générale, je pense qu'il n'est jamais inutile d'investir dans la connaissance. Les secteurs comme la santé ou l'énergie font partie aussi des domaines stratégiques pour la survie de l'humanité. Bien sûr, l'humanité a vécu plus d'un million d'année sans ces connaissances, et elle survivrait encore des millions d'années si nous les perdions, mais ce sont les lois de la jungle qui ont eu cours et qui auraient cours à nouveau si nous retournions dans l'obscurité de la connaissance. A nous de choisir.
4 years ago. Edited 4 years ago.
Alain-Bernard
Alain-Bernard
Ah oui, l'espace poubelle. Belle formule médiatique aussi. J'en reparlerai.
4 years ago.
Alain-Bernard
Alain-Bernard
Notre problème, à nous les hommes dits civilisés, est que quoi que nous fassions, nous générons des déchets dont une partie n'est pas recyclée naturellement.

Je prends ma voiture : je brûle de l'essence et je rejette des gaz pas tous bien sympathiques ; je mange un morceau de pain : le blé provient de l'agriculture mécanisée qui rejette des gaz pas tous bien sympathiques aussi et qui répand des produits pas tous bio ; je mange un steak, c'est pire ; je dors dans des draps : ils proviennent de l'industrie textile pas très propre non plus ; tous les matériaux que nous produisons proviennent de ressources minérales de la Terre que nous exploitons avec beaucoup d'énergie des machines ; nous allumons une lampe : il y a en amont des centrales électriques à l'Uranium ou au charbon, ou au pétrole ; nous avons des cellules photovoltaïques sur notre toit, elles proviennent de l'industrie des semi-conducteurs très polluante ; nous téléphonons, ou nous regardons la télé ; merci à l'industrie spatiale qui a mis en orbite les satellites qui vont bien ; etc...

Alors côté éthique, nous sommes tous dans le pécher. Nous avons les déchets que nous méritons et nous n'avons pas d'autres "poubelles" que la Terre, l'air et l'espace. A nous donc de faire suffisamment avancer la recherche pour l'élimination de ces déchets. C'est en route mais on est encore loin du compte.

Si tu ne veux pas générer ces déchets : ne roule plus en voiture, ne téléphone plus, arrête ton ordi, ne mange que le fruit de ta cueillette et de ta chasse, n'utilise plus de métaux, de textiles, de céramique, de bois, d'eau du réseau d'eau potable, marche pieds nus, couvre-toi de peaux de bêtes. Alors lorsque tu parles d'éthique, il faut bien avoir tout cela en tête. Notre civilisation s'est assise sur cette éthique écologique depuis qu'elle a su faire du feu, il y a 400.000 ans. Avant cela, elle collait à la nature sans rien polluer, les gens n'avaient qu'une espérance de vie de 20 ans, la sélection naturelle jouait à plein. L'homme a utilisé son intelligence à améliorer sa vie sans se rendre compte qu'il aurait, à terme, détérioré sa planète. C'est lorsque la détérioration devient trop gênante qu'il utilise son intelligence à mettre en oeuvre des solutions. Nous sommes dans ce tournant, ce n'est pas encore gagné. Je suis d'accord que le temps presse. Mais assumons tous notre responsabilité.
4 years ago.
Alain-Bernard
Alain-Bernard
Merci aussi Jean-Pierre d'avoir apprécié.
4 years ago.
Alain-Bernard
Alain-Bernard
Voilà, c'est tout-à-fait la bonne stratégie.
4 years ago.
Eric PGT
Eric PGT
Merci du partage j'avais déjà vu un reportage sur cette combinaison une maladie bien difficile à vivre pour ces enfants
4 years ago.
Alain-Bernard
Alain-Bernard
Oh oui, avec une espérance de vie qui n'était que de 18 ans il y a quelques années, mais depuis, des progrès ont été faits dans la prise en charge de la maladie.
4 years ago.