PierreG_09

PierreG_09

Posted on 01/12/2016


Photo taken on January 12, 2016




Keywords

combat
guerre
massacre
maquis
Gers
résistance
midi pyrénées
LRMP
Meilhan


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

89 visits

Maquis de Meilhan (Gers)

Maquis de Meilhan (Gers)
Le Maquis du Dr Raynaud n’était pourvu qu’en armes légères et manquait de munitions. Le 1er juillet, un message de la radio de Londres annonce au D. Raynaud un prochain parachutage d’armes lourdes. Il doit avoir lieu dans les prochains jours. Peu après, un avion allemand jette des tracts, il est demandé aux maquisards de se rendre. Ceux-ci s’emploient surtout à préparer leur départ pour la forêt de Salherm, fixé au lendemain de la réception des armes lourdes. Armes tant espérées ! Dans la nuit du 6 au 7 juillet, vers une heure du matin, des troupes allemandes parties de Lannemezan se divisent en 2 colonnes. L’une emprunte la vallée de la Gimone, l’autre celle du Gers jusqu’à Masseube puis celle de l’Arrats pour encercler le Maquis à distance. Les camions sont abandonnés dans ces deux vallées, la progression se poursuit à pied dans la nuit, sans bruit.
Au petit matin, la colonne qui suit la Gimone est aperçue par Lafforgue de Gaujan qui, pris d’un doute, envoie son fils à bicyclette pour donner l’alerte. Il n’hésite pas à parcourir près de 3km à travers champs pour prévenir le D. Raynaud. Mission accomplie, ce dernier doit insister pour que Jean-Louis prenne le chemin du retour. A la ferme voisine, à l’est du maquis, les Allemands, déjà là, l’arrêtent. Il peut présenter sa carte d’ouvrier agricole. M. Gouau, le propriétaire affirme qu’il s’agit de son valet de ferme. Jean-Louis est sauvé.
Vers 7 heures, les premières silhouettes de soldats allemands apparaissent sur les crêtes. Un maquisard ouvre le feu. Un combat inégal, désespéré, s’engage. D’autant plus désespéré que le troisième tir de mortier allemand atteint de plein fouet le camion chargé de munitions en vue du prochain départ.
Le combat acharné dure environ deux heures. Lorsque toute résistance a cessé, les Allemands parcourent en tous sens les champs, les bois, les ruisseaux à la recherche des blessés et des rescapés éventuels.
Les blessés sont achevés, certains avec des balles explosives. Quatre fermiers voisins sont arrêtés, conduits au « Priou » exécutés comme otages.
Vers midi, les troupes allemandes quittent les lieux. Ils emmènent enchaînés trois maquisards qu’ils ont faits prisonniers. Ils seront sauvagement exécutés le lendemain à Lannemezan.

P.S. : Le groupe Raynaud comprenait environ 95 hommes : 76 victimes (dont 4 otages) et 17 rescapés. Les tués et les blessés allemands n’ont pu être dénombrés de façon précise.
La colonne allemande comprenait 3 compagnies et le peloton de Commandant du 116ème Bataillon de Grenadiers du 28ème R.I. Allemand soit de 1000 à 1200 hommes. (source : www.cc-valdegers.fr/commune-2/meilhan/historique-de-meilhan/ )

Comments