See also...

- FRANCE - - FRANCE -



Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

24 visits

Cathédrale Sainte Césile d'Albi. (Toulouse)

Cathédrale Sainte Césile d'Albi. (Toulouse)
Bird's eye View
Architect: Pons Descoyl (1282 - 148)
Tarn, France
Translate into English

Nouchetdu38 has particularly liked this photo


Comments
 Demetrius Chryssikos
Demetrius Chryssikos club
La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi est le siège de l'archidiocèse d'Albi, dans le département du Tarn en France. Elle est construite sur un piton rocheux qui domine le Tarn.
Deux siècles auront été nécessaires pour son édification, de 1282 à 1480.
L'édifice surprend par le contraste entre son allure extérieure austère de forteresse militaire et la richesse picturale et sculpturale de son intérieur. Monument sans égal, elle affirme sa puissance à travers un style typique du Sud-Ouest de la France, le gothique méridional. Son style, unique, est renforcé par sa décoration intérieure.
La cathédrale Sainte-Cécile, classée avec la cité épiscopale d'Albi depuis le 31 juillet 2010 sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, est aujourd'hui l'une des cathédrales les plus visitées de France. Le siège archiépiscopal (d'Albi, Castres et Lavaur) est occupé par Mgr Jean Legrez. Le curé-archiprêtre de la cathédrale est le père Paul de Cassagnac.
En plus de son statut d'église archiépiscopale, elle a été élevée au titre de basilique mineure, dignité donnée par le pape Pie XII le 9 mai 1947. Les célébrations ont été présidées par Mgr Roncalli, nonce apostolique à Paris, futur pape Jean XXIII.
La cathédrale actuelle est précédée de plusieurs édifices.
Le premier est daté du ive siècle et est détruit en 666 ou 667 par un incendie. Un second apparaît dans les textes en 920 sous le nom de Sainte Cécile, la patronne des musiciens. Un ensemble épiscopal regroupe à cette époque, la cathédrale, mais aussi un baptistère et une chapelle dédiée à Saint-Pierre. De cette époque subsistent quelques arches de l'ancien cloîtrea, plusieurs fois déplacées après être restées longtemps dans le parc Rochegude et placé dans les années 2010 entre la cathédrale et le quartier du Castelviel. D'autres éléments d'architecture romane sont situés entre les bâtiments actuels de la cathédrale et du palais de la Berbie, non visibles des lieux publics.
Au cours du xiiie siècle, la cathédrale est profondément modifiée par des travaux de grande ampleur entre 1245 et 1260. À cette époque, l'évêque Durand de Beaucaire accorde des indulgences aux donateurs et récupère la dîme détenue par des laïcs pour financer le chantier. Une ouverture permet la communication entre la cathédrale et le palais de la Berbie tout proche en construction. Il semble que les voûtes aient été refaites, mais les écrits restant manquent de précision. La construction de ses éléments se fait en grand appareil de pierre. Cette église perdure à côté de la nouvelle cathédrale pendant environ deux siècles sous le nom d'église vieille. Elle est finalement ruinée par le conflit entre deux évêques concurrents, Bernard V de Cazilhac, élu par le chapitre de chanoines et Robert Dauphin d'Auvergne nommé par le pape Eugène IV. Leur querelle dure de 1435 à 1462 et l'église disparaît des textes après 1437. Au siècle suivant, les ruines sont aplanies pour aménager une esplanade destinée à recevoir de l'artillerie durant les guerres de religiona. Quelques éléments architecturaux existent toujours, inclus dans les murs de constructions plus récentes, vestiges de cet édifice de grande taille : éléments d'un portail suspendu en hauteur au nord, parties d'un portail sud pour les fidèles, pilier à colonne à base polygonale.
Alors même que le chantier de reconstruction ou rénovation de l'ancienne cathédrale de pierre vient de s'achever, un projet prend forme pour qu'Albi suive le mouvement de reconstruction des cathédrales dans tout le Midi toulousain. Ce projet est traditionnellement attribué à Bernard de Castanet nommé évêque en 1276 et entré en fonction en 1277. Toutefois, un élément laisse à penser que l'initiative pourrait lui est antérieure : Sicard Alaman, gestionnaire des comtes de Toulouse, lègue une forte somme en 1275. Vu la rapidité de démarrage du chantier, il ne fait pas de doute que la décision a été étudiée et réfléchie, soit avant l'arrivée de Bernard de Castanet, soit que ce dernier ait étudié l'affaire avant sa nomination. La décision de bâtir en brique rompt avec l'ancienne cathédrale de pierre, mais le chantier de la collégiale Saint-Salvi avait déjà amorcé
le changement.
Bernard de Castanet assure le projet par la mise à disposition du vingtième des revenus de l'évêché durant vingt ans et par la rentrée de la dîme. À son époque, Albi est au 25e rang des plus riches sur les 120 évêchés que compte la France d'alors, reflet de la prospérité économique qui suit la fin de la croisade des Albigeois.
Selon Jean-Louis Biget, l'hypothèse la plus probable du nom de l'architecte de Sainte-Cécile serait celui de Pons Descoyl. Il accumule plusieurs preuves pour appuyer son hypothèse.
En 1308, lors d'un jugement sur une affaire de 1293, un témoin signale la présence de « magister Poncius », maître Pons en français. Ce titre de maître révèle le rôle du responsable du chantier. Or, parmi les architectes connus, seul Pons Descoyl possède
ce nom dans le midi du xiiie siècle.
Cet architecte catalan apparaît dans des textes de chantiers à Perpignan en 1277, 1282
et 1283. Il disparaît jusqu'en 1303. Il a contribué entre autres aux plans de l'abside de la Cathédrale de Palma de Majorque et à des édifices militairesa .
Si aucun texte ne permet d'affirmer que ce soit lui, aucun ne permet de penser que ce ne pourrait pas être lui. L'évêque Bernard de Castanet, issu de Montpellier, connaissait certainement des personnages catalans important qui auraient pu lui conseiller un architecte de talent. Ensuite, le style architectural d'Albi rappelle par ses choix techniques, des éléments d'autres chantiers où Pons a œuvré. Enfin, les dates coïncident : il est matériellement possible que sa disparition des textes catalans soit due à sa présence à Albi et il réapparaît dans les chantiers du royaume de Majorque en 1303, au moment où
le chantier d'Albi subit un coup d'arrêta .
Josep Carrasco i Hortal, un architecte catalan qui a étudié les proportions d'édifices de sa région, a remarqué que les proportions de la cathédrale d'Albi correspondent à des mesures faites avec la canne catalane de 1,555 m de long et n'a pas de correspondance avec les mesures locales, ni d'Albi, ni de Toulouse.
2 months ago. Edited 2 months ago.
 Demetrius Chryssikos
Demetrius Chryssikos club
Le clocher occupe le côté occidental, remplaçant le portail monumental à vocation pédagogique que l'on trouve dans les cathédrales gothiques du nord de la France. Initialement construit à hauteur de la toiture, il a été rehaussé à la fin du xve siècle.
La différence de style est visible au niveau des deux derniers étages qui adoptent une forme polygonale plus conforme à la mode en vigueur à cette époque.
Il abrite les cinq cloches. Elles portent des noms familiers. « Notre-Dame du mont Carmel »380 kg est la plus ancienne. Elle a été fondue en 1773. « Tiburce » 780 kg date du xixe siècle et « Émilie-Carissime » 1 150 kg a été fondue grâce à une souscription dans les années 2010 . « Cécile » 1 250 kg (fondue en 1929) et le bourdon « Valérien » 3 020 kg (date du xixe siècle). Les deux anciennes ont été restaurées : chauffées à huit cents degrés, elles ont reçu une recharge de métal pour compenser leur usure naturelle. Les trois cloches ont été hissées en 2010 pour rejoindre les deux autres.
2 months ago.

Sign-in to write a comment.