See also...

- FRANCE - - FRANCE -


architecture (2) architecture (2)



Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

96 visits

Chateau de Josselin

Chateau de Josselin
Morbihan, Bretagne, France
Translate into English

Armando Taborda, Nouchetdu38 have particularly liked this photo


Comments
 Demetrius Chryssikos
Demetrius Chryssikos club
Le château de Josselin est situé à Josselin, commune française du département du Morbihan en Bretagne. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 21 août 1928.
Guéthénoc, vicomte de Porhoët, de Rohan et de Guéméné, membre de la famille des comtes de Rennes, aurait construit un premier château vers l'an 1008. Il exploitait un site de haute valeur militaire et commerciale comprenant un surplomb rocheux dominant en à-pic la rivière Oust. L'existence depuis le ixe siècle d'un pèlerinage à la Basilique Notre-Dame du Roncier (tous les 8 septembre) ajoute beaucoup à la richesse des habitants et de leurs seigneurs. Ce pèlerinage est d'ailleurs le plus important du Morbihan, après celui de Sainte-Anne-d'Auray.
En 1154, Eudon de Porhoët, beau-père, régent et tuteur du jeune duc de Bretagne, Conan IV, rassemble des seigneurs bretons pour priver son beau-fils de ses droits. Il sera défait par Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre et nouveau duc d'Anjou, auprès duquel s'était réfugié Conan IV. Henri II viendra en personne diriger la démolition du château et faire semer du sel dans les ruines.
Olivier V de Clisson, qui acquiert la seigneurie en 1370, reconstruit une imposante citadelle munie de huit tours et d'un donjon de 90 mètres.
Il marie sa fille Béatrix à Alain VIII de Rohan, héritier des vicomtes de Rohan, dont le château était à une vingtaine de kilomètre, et meurt à Josselin en 1407.
En 1488, le duc de Bretagne François II prend le château et le démolit partiellement afin de punir Jean II de son soutien au parti français qui lui est opposé.
Sa fille Anne de Bretagne le restituera à Jean II de Rohan, arrière-petit-fils d'Olivier de Clisson, qui, grâce aux revenus de la châtellenie de Dinan et de Léhon et du « billot » (produit d'une taxe sur les boissons pour cinq années) dont il est gratifié par Charles VIII en remerciement de son aide pour conquérir la main de la « petite duchesse », peut transformer le castel et construire dans l'enceinte un logis de plaisance, qui sera doté de 1490 à 1510 d'une très belle façade de granit sculpté qui est un des premiers exemples de la Renaissance en France, car il avait fait venir des artistes et ouvriers italiens. Par reconnaissance, il fait sculpter de nombreux A surmontés d'une cordelière, emblème de la Duchesse-Reine.
Bannis de Josselin du fait de leur adhésion au protestantisme, les Rohan doivent laisser le gouverneur de Bretagne, le duc de Mercœur, faire de leur château une base pour la Ligue opposée au nouveau roi Henri IV.
En 1603, lors de l'érection de la vicomté de Rohan en duché-pairie par le roi Henri IV, Henri II de Rohan transfère le siège de son pouvoir au château de Pontivy. Le cardinal de Richelieu fait démanteler en 1629 le donjon et quatre tours et annonce au duc Henri II, chef des insurgés protestants : « Monseigneur, je viens de jeter une bonne boule dans votre jeu de quilles ! »
Au xviiie siècle, les Rohan, vivant à la Cour, ne résident plus au château qui est démeublé et plus ou moins abandonné ; vers 1760 auraient été abattues les deux grandes tours qui flanquaient la première porte et le pont-levis.
En 1776, afin de procurer du travail aux enfants pauvres de la région, la duchesse de Rohan permet d'établir une filature de coton dans les salles du rez-de-chaussée.
Lors de la Révolution, la municipalité s'y installe pour tenir ses séances, une partie de l'habitation sert de dépôt de grains et, dans la tour isolée, les « ci-devants » sont emprisonnés dans des conditions dénoncées par le général Lazare Hoche dans un rapport à la Convention nationale.
Lors de la Première Restauration, le préfet du Morbihan Jacques de La Grange-Gourdon suggère au ministre de l'Intérieur d'en faire un dépôt d'étalons ou la maison d'arrêt départementale.
En 1822, la duchesse de Berry, lors de sa tournée aventureuse, convainc le duc de Rohan de le restaurer, et des estampes de cette époque, dont une datée de 1828, montrent un bâtiment fort délabré, à la longue toiture effondrée par endroits.
Ce n'est que dans la seconde moitié du xixe siècle que le duc Josselin et son fils Alain-Charles-Louis de Rohan-Chabot engageront d'énormes travaux de restauration confiés aux architectes Jules de La Morandière puis au blésois Henri Lafarge de 1880 à 1904, et feront aménager l'intérieur, qui sera décoré dans le style néo-gothique dit « Troubadour » alors en vogue, et le remeubler.
Il est actuellement habité par le quatorzième duc de Rohan, Josselin de Rohan, retiré des affaires de politique régionale ou nationale, et sa famille.
Sont visitables les jardins et quatre vastes pièces du rez-de-chaussée du château, la longue salle à manger dessinée par Lafarge, dont le haut des lambris est sculpté à jour des prénoms du duc Alain, de ses parents, de son épouse et de ses enfants, le salon, une antichambre et la bibliothèque contenant 3 000 volumes et des portraits anciens.
2 years ago.

Sign-in to write a comment.