1/6 f/14.0 50.0 mm ISO 100

NIKON CORPORATION NIKON D750

Sigma Macro 50mm F2.8 EX DG

EXIF - See more details

See also...

Travel photos/Photos de voyage Travel photos/Photos de voyage


Pictures for Pam Pictures for Pam


" - A - Very Ipernity Photos - " " - A - Very Ipernity Photos - "


Dans la rue Dans la rue


ZPHOTO ZPHOTO


The Photographer The Photographer


Where in the World? Where in the World?


Le groupe noir et blanc Le groupe noir et blanc


Ce jour là... en noir et blanc. Ce jour là... en noir et blanc.


TRAVELOGUE TRAVELOGUE


'The Black & White' 'The Black & White'


WORLD RELIGIONS WORLD RELIGIONS


.film.forever. .film.forever.


Black & White Film Photography Black & White Film Photography


Film is not dead Film is not dead


black and white photography black and white photography


Ilford HP5+ Ilford HP5+


noir et blanc noir et blanc


# NEW # # NEW #


Your Shock Photos Your Shock Photos


Mes Préférences à Moi Mes Préférences à Moi


La ville en N&B B&W La ville en N&B B&W


Sebastião Salgado Sebastião Salgado


Ysplix Black Ysplix Black


Coup de coeur !!! Coup de coeur !!!


open daily open daily


Film Cameras Film Cameras


BW & Monochromes BW & Monochromes


Film Photography Film Photography


Black&White Black&White


Nikon Nikon


Travel Photo Forum Travel Photo Forum


Travel Photography Travel Photography


Black and White Black and White


See more...

Keywords

Nikon
Bouddhistes
Offrande
Argentique
Bouddhisme
Asie
Bonze
Religion
Laos
Luang-Prabang


Authorizations, license

Visible by: Everyone
All rights reserved

194 visits

LAOS 1991

Cérémonie des offrandes à Luang-Prabang (1991)

Cérémonie des offrandes à Luang-Prabang (1991) 

Luang-Prabang (Laos) - Je poursuis l’exploration dans mes archives photographiques avec une série sur la Laos. Moins impressionnantes que la série consacrée à la route Manali-Leh, ce reportage réalisé en 1991 était néanmoins une « petite aventure » puisqu’à l’époque, ce petit pays restait encore à l’écart des circuits touristes. Il venait de s’ouvrir très récemment au reste du monde. Depuis, il s’est bien rattrapé.

En 1991, il n’y avait pas de route pour rejoindre Luang-Prabang, l’ancienne cité impériale (inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2000). Seules solutions, remonter le Mékong en bateau ou prendre l’avion, un antique bi-moteurs à hélices dont le vol hebdomadaire était assuré par un équipage bulgare.

Je me suis retrouvé à Laung-Prabang avec un ancien colonel de l’armée française. En 1941, à peine sorti de l’école militaire de St-Cyr, ce jeune « sous-lieutenant » avait été parachuté sur la cité impériale avec son unité pour chasser les troupes pro-communistes. A cette époque, le Laos était sous protectorat français.

« Ca n’a pas été difficile m’a -t-il avoué. Dès qu’ils ont vu nos parachutes s’ouvrir, ils se sont enfuis sans demander leur reste. De toute façon, ce n’étaient que de pauvres bougres d’origine paysanne, mal armés qui ne savaient même pas se servir de leurs pétoires leur servant d’armes ».

Au début j’évitais cet ancien militaire. Lui recherchait ma compagnie. Finalement j’ai découvert un homme délicieux et cultivé dont la vie aventureuse était particulièrement romanesque. Un homme de dialogue, loin du « va t’en guerre » que j’avais cru percevoir.

Il était à Luang-Prabang en mémoire de son épouse récemment décédée, avec laquelle il avait vécu dans cette ville laotienne au début de leur mariage. Sa maison était toujours là. Délabrée, mais toujours debout. Un intense moment d’émotion pour lui.

Cet homme étonnant qui s’est finalement peu battu dans sa carrière car il a vite été affecté dans les services du renseignement militaire. Il m’a appris quelques trucs utiles, notamment comment savoir si ma chambre d’hôtel a été visitée en mon absence…

Lorsque je l’ai rencontré, il avait 85 ans. Etait-ce dû à son âge ? Cet ancien agent du renseignement était parfois d’une grande naïveté. Quelques jours auparavant, il s’était fait refiler de la verroterie en guise de pierres précieuses. Le pire c’est qu’il était convaincu d’avoir fait une bonne affaire : deux petits rubis pour 20 dollars ! C’est probablement pour ce trait de caractère -entre autres- que j’avais vite eu une véritable affection pour cet homme. Je suis resté en contact avec lui jusqu’à sa disparition en 1998.

C’est avec lui que je suis allé photographier le « Taj Bat ». Une défilé matinal et rituel dans tous les pays bouddhistes, où la population sort dans la rue pour donner des offrandes aux moines qui ont fait voeux de pauvreté.

La photo a été prise un peu avant 5 heures du matin sous une belle averse. Le manque de luminosité m’a obligé à pousser mon film (HP5+) à 3.600 iso. D’où la présence d’un grain important et d’un fort contraste qui subsiste malgré le post-traitement.


Nikon F 2 - 35 mm Nikkor f : 2 - Film Ilford HP5 + (poussé à 3.200 iso), développé dans du Microphen.
Translate into English

Yann R, tiabunna, Mavì, sunlight and 56 other people have particularly liked this photo


12 comments - The latest ones
 Keith Burton
Keith Burton club
A terrific candid street image Jean-luc.............I love all the umbrellas!
2 weeks ago.
 fifi
fifi club
La vie est belle !
2 weeks ago.
 Jaap van 't Veen
Jaap van 't Veen club
Wonderful scene; well captured.
2 weeks ago.
 Annemarie
Annemarie club
oh qui
1991 was Laos nearly unknown

what a beautiful image, waiting for more to see.
Thanks
Happy thursday.❤️
2 weeks ago.
 annaig56
annaig56 club
ah oui je me disais la photo est trop sombre ca m'étonne ,,,, et en lisant la fin je comprends mieux,, j'aurais aimé la couleur pour voir les parapluies,, c'est top,, aussi en couleurs sous la pluie,,
2 weeks ago.
Jean-luc Drouin club has replied to annaig56 club
A l'époque je doublais mes photos en couleur et en N&B. Mais à cette heure matinale, tu peux me croire sur parole, les diapositives n'auraient eu aucun intérêt.
Pour le N&B, comme je le précise dans mon commentaire, j'avais poussé mon fil de 3 diaphragmes (3.200 iso). Pour la couleur, je travaillais avec de la Kodachrome 64 asa qu'il était impossible de pousser. Donc la couleur était inopérante dans ces conditions de prise de vue sous peine d'obtenir des photos totalement noires ou complètement floues (je passe sur les raisons techniques). L'argentique avait des limites techniques -surtout en couleur- que ceux qui n'ont connu le numérique, ne peuvent même pas imaginer.

Sinon, le sentiment -justifié- que la photo est "sombre" vient du contraste lié au traitement "poussé" du film. Mais si tu regardes bien, elle n'est pas sous-exposée. J'ai, il est vrai, hésité à la publier en raison de ce contraste prononcé et de la forte granulation. C'est la rançon de photographier dans des conditions extrêmes (photographiquement) : Manque de luminosité liée à l'heure matinale et à la pluie. Mais cette photos et les explications qui l'accompagnent peuvent avoir un intérêt -modestement- "pédagogique".
2 weeks ago. Edited 2 weeks ago.
 Alain P
Alain P club
La photo de reportage n'est pas de la photo d'art .C'est ce qu'elle exprime qui est important en plus avec tes explications tu démontres toute l’évolution technologie du matériel qui a cette époque était très moderne . La seule chose qui ne changera jamais c'est le cadrage
2 weeks ago. Edited 2 weeks ago.
Jean-luc Drouin club has replied to Alain P club
Tu finalises mon propos Alain. Ok avec toi à 100 %.
2 weeks ago.
 Nautilus
Nautilus club
pousser son film à 3600ISO , en 1991 , et obtenir ça , c 'est déjà beau ! mais ce que je retiens surtout , c' est ton commentaire de l' image : ce militaire loin de l' image convenue de vieille baderne . Lors de mon service militaire en 1972 , j' en ai rencontré quelques uns. Les officiers et sous-of , avaient tous fait la guerre d' Algérie et il ne fallait pas les pousser pour qu'ils racontent " leur" guerre. Et étonnamment, beaucoup n' étaient pas dans le cliché " militaire facho" que véhiculait l' extrême gauche à l' époque. A un moment donné j' étais chauffeur du capitaine , et il me racontait ses patrouilles dans les djebels, l' extrême pauvreté des douars...mais aussi la sauvagerie des deux côtés et les décisions cruelles qu' un chef est amener à prendre. Ceci dit il y avait aussi une bonne palanquée d' adjudants " Kronenbourg" ! des bacs - 10 nostalgiques de l' OAS et qui bouffaient du " bicot" à longueur de journée.
2 weeks ago.
 Armando Taborda
Armando Taborda club
Fabuleuse histoire de vie et photo!
2 weeks ago.
 Pam J
Pam J club
A FASCINATING COMMENTARY
2 weeks ago.
 HappySnapper
HappySnapper club
A good little insight to the lives of these people.
9 days ago.

Sign-in to write a comment.