Jean-luc Drouin's photos

Salle de bain naturelle

25 Nov 2017 26 13 56
Alleppey (Inde) - Je suis devant ma Guest-house. Mais moi, j'ai la chance d'avoir une vraie salle de bain, même si elle n'est alimentée qu'à l'eau froide. L'intérêt d'avoir un petit hôtel situé à un tel endroit c'est qu'on assiste à de telles scène dès que l'on met le nez dehors. Les gamins viennent de se savonner et plongent pour se rincer. La savonnette est en bas à droite de la photo. Comme il y a pas mal d'égouts qui se déversent dans le canal, je ne sais pas s'ils sont si propres que ça en ressortant de l'eau ?

Hello !

19 Jul 2018 19 16 44
Ce n'était qu'un test pendant la panne du téléchargement. Je n'avais pas prévu de mettre cette photo. Donc rien à voir avec l'Inde cette photo a été prise au Mexique en 2018. © Photo : Arnaud Moreau

Balade en pleine jungle

26 Nov 2017 42 19 125
Alleppey (Inde) - La ville d'Alleppey est coincée entre la mer et la jungle. Une région relativement paradisiaque. Les nombreux canaux qui s'enfoncent dans la jungle sont autant de voies de communication pour les Indiens. Surtout que cette jungle grouille de vie. Toutes les rives des canaux sont habitées. Il n'est pas rare, lors d'une balade en pirogue de se croire seul au monde. Jamais pour bien longtemps. Cette photo en est l'illustration. J'étais dans la pirogue à apprécier le silence qui n'était interrompu que par le chant des oiseaux. C'est à ce moment que j'ai vu sortir de la barrière végétale qui se dressait devant moi, cette petite famille qui se dirigeait probablement vers un secteur plus urbanisé. En tout cas je pouvais m'attendre à tout, mais pas voir une famille endimanchée sortir de la jungle.

La vie est un long fleuve tranquille

26 Nov 2017 48 20 136
Alleppey (Inde) - Alleppey est un incontournable de l'Etat indien du Kerala. La ville est surnommée à juste titre la Venise indienne". Pas pour son architecture, mais pour ses multiples canaux et ses backwaters, des bateaux qui servaient et servent toujours au transport des marchandises. Ces énormes "gondoles indiennes" se reconvertissent progressivement au transport... Des touristes pour des croisières fluviales de plusieurs jours. Cette photo ne représente cependant pas un authentique backwater. Tout au plus une grosse barque utilitaire comme on en croise régulièrement sur les canaux et qui facilitent la vie des riverains dans leurs déplacements. J'ai pris cette photo alors que je me baladais une journée entière dans une barque conduite par un piroguier à l'ancienne. J'avais choisi une embarcation qui ne soit pas propulsée par un moteur diesel poussif et polluant.

Portrait de porteur

09 Dec 2017 47 13 116
Munnar (Inde) - Pas grand chose à dire sur ce monsieur. C'est un porteur. Avec des dizaines d'autres, il travaille sur le marché de gros de Munnar. Ces porteurs que personne ne voit la plupart du temps, sont affectés aux déchargement des camions qui viennent approvisionner la ville. Comme personne ne prête attention à ces hommes qui font un travail pénible, je suis toujours bien accueilli lorsque je viens les photographier.

Petit coup de fatigue

09 Dec 2017 56 23 147
Munnar (Inde) - Ce vieil homme est un porteur. Je l'avais vu à mon arrivée participer au déchargement d'un camion de légumes. Je m'en souvenais car je m'étais dit qu'il avait l'air bien fatigué en croulant littéralement sous la charge. Une heure plus tard je l'ai retrouvé assis dans une allée du marché couvert. Il reprenait des forces. Il m'a dit qu'il avait travaillé une quinzaine d'heures la veille ; mais à bientôt 70 ans, il avait de plus en plus de mal à récupérer. Tu m'étonnes !

Récolte du thé

08 Dec 2017 43 14 134
Munnar (Inde) - Pas besoin de s'éloigner de Munnar pour visiter les champs de thé. Les plantations entourent la ville. Mais pour cette photo, j'ai loué une voiture afin de me perdre dans la région à la recherche de personnes travaillant dans les champs, tout en visitant les alentours. Des champs de thé à perte de vue qui reposent les yeux et l'âme. Ce jour là, il faisait grand soleil. Tant mieux car j'avais déjà visité des régions dont l'économie repose sur les plantations de thé, au Sri-Lanka. Le problème c'est qu'à l'époque j'avais eu trois jours de pluie ininterrompue. Et des plantations de thé sous la pluie... C'est déprimant ! Cette photo a été prise en pleine brousse à 15 km de Munnar, où j'ai pu trouver des paysans au travail. Ne vous méprenez pas sur cette photo. Les femmes ne sont pas les seules à transporter sur leur tête de lourds sacs de feuilles de thé, sur plusieurs centaines de mètres avant que des camions ne les prennent en charge. Les hommes se chargent aussi de ce travail pénible. Les cueilleurs ne rechignent pas à transporter de grosses quantités de thé car ils sont rémunérés au poids.

En attendant... Je ne sais quoi !

09 Dec 2017 43 12 138
Munnar (Inde) - Je ne sais pas ce qu'attendaient ces deux hommes. Probablement un rickshaw chargé de légumes pour alimenter leur épicerie située à proximité. Habituellement, je suis toujours curieux de savoir ce que font les gens que je photographie. Mais ce jour là, je n'avais pas le temps de m'attarder. J'avais rendez-vous avec le directeur d'une plantation qui devait me délivrer un laisser-passer pour photographier librement au milieu de ses plantations. Ces deux hommes, je les ai photographiés en passant. Presque machinalement. Un ami disait de moi "tu photographies comme tu respires..." Toujours est-il qu'il que, comme moi, vous ne saurez rien de ces hommes.

Chaud devant !

09 Dec 2017 45 24 158
Munnar (Inde) - Photo prise à la volée en plein contre-jour. Je ne pensais pas en tirer quelque chose. Finalement, c'est avec ce genre de fichier sombre au premier plan et "brûlé" à l'arrière plan, qu'on est convaincu -si besoin en était- qu'il faut travailler en raw. Si j'avais été en jpeg, ce fichier aurait été perdu pour tout le monde. En raw, en raison des informations comprises dans le fichier, on rééquilibre tout en quelque clics. J'ai pu récupérer cette photo en post-traitement en moins d'une minute en manipulant uniquement les curseurs "hautes lumières" et "ombre". Ce n'est pas plus difficile. Même si je ne suis pas totalement satisfait du tirage, je m'en contente aujourd'hui. j'aurais peut être le temps d'affiner le tirage un autre jour. Si j'avais fait un tirage N&B, le résultat aurait été meilleur. Mais comme je présente (à de rares exceptions) des photos en couleur, je reste fidèle à ma démarche... "Quoi qu'il en coûte..." Sinon pour situer la photo, elle a été prise à l'arrière du marché couvert de Munnar, au moment du réapprovisionnement.

Vous prendrez bien un peu de thé ?

07 Dec 2017 50 17 137
Munnar (Inde) - Les montagnes de la région de Munnar sont couvertes de plantations de thé. C'est une vraie richesse pour la ville qui demande une main d'oeuvre abondante. J'ai croisé cet étrange équipage baignant dans une belle lumière de fin de journée, alors qu'il transportait sa quotidienne récolte de feuilles de thé. Ce qui est intéressant en Inde pour un photographe, c'est qu'il y a matière à photo à tout instant de la journée et à chaque croisement de rue.

Vendeur de légumes

09 Dec 2017 55 26 142
Munnar (Inde) - Je suis toujours étonné de voir sur les marchés indiens cette profusion de produits. Je me dis systématiquement qu'une bonne partie de ces légumes frais finiront probablement à la poubelle le soir. Comme je repasse souvent en fin de journée sur les marchés visités le matin, force est de constater que tout a été vendu. Et les quelques légumes abimés qui pourraient être jetés, sont systématiquement donnés aux pauvres et aux mendiants. Ça aussi, c'est l'Inde !

Sur la marché de Munnar

09 Dec 2017 42 14 150
Munnar (Inde) - Photo prise sur le marché de Munnar sans autre raison que de tenter de capter la lumière difficile d'un matin fortement ensoleillé. Munnar est une petite ville montagneuse du Kerala perchée au milieu des plantations de thé. Cette ville ne devait être qu'une étape de nuit sur la route qui me ramenait à Fort-Cochin. Finalement, j'y suis resté 5 jours. Malgré la fraîcheur nocturne et des petits matins, j'ai découvert une ville et une région très agréables où j'envisage de retourner un jour...

Séance de repassage

12 Dec 2017 59 22 176
Cochin (Inde) - Nous somme dans le bâtiment collectif de la communauté Dobi-Wallah. C'est une salle multifonctions. On y sèche le linge lorsqu'il pleut, mais c'est surtout la salle de repassage. Malgré la présence de l'électricité, les repasseuses préfèrent toujours utiliser leurs vieux fer à repasser alimenté par des braises brûlantes. S'ils sont très lourds par rapport aux fers électriques, selon cette dame, l'antique fer à braises offre une qualité de travail incomparable. Don't forget to see the second photo : N'oubliez pas d'aller voir la seconde photo, il n'y en a que deux à voir faites un petit effort : www.ipernity.com/doc/1922040/50745314

Essorage

12 Dec 2017 27 14 96
Cochin (Inde) - Après avoir énergiquement frappé le linge sur le béton, on passe à l'essorage. Ici rien d'automatique, tout se fait à la main. Ce n'est pas tout à fait vrai, car dans le bâtiment collectif de la communauté Dobi-Wallah qui sert de salle de repassage, il y a une grosse essoreuse électrique. Mais elle ne sert qu'en période de mousson, lorsqu'il est impossible de faire sécher rapidement le linge à l'air libre. Je prends les devant en indiquant que malgré son air sévère cet homme est tout à fait sympathique et habituellement très souriant. Là il a été saisi en plein effort car l'essorage à la main demande beaucoup de force.

Attention ça éclabousse !

23 Nov 2017 56 24 151
Cochin (Inde) - En Inde on frappe plus volontiers le linge qu'on ne le brosse... On le tape avec force et énergie pour le débarrasser de toutes les impuretés. Le blanchisseurs y mettent tout leur coeur et tous leurs muscles. Avec ce genre de photo, si votre matériel n'est ni étanche, ni tropicalisé, l'usage d'un petit téléobjectif s'avèrera nécessaire pour éviter de le retrouver noyé dans l'eau savonneuse. Une illustration appropriée pour la fête du travail !

Lessive à la main

12 Dec 2017 52 22 155
Cochin (Madagascar) - Chaque blanchisseur de la communauté Dobi Wallah travaille dans un petit box en béton. Tout se fait manuellement. Un travail très physique. Pour éviter que les travailleurs et travailleuses ne s'épuisent au boulot, la communauté a mis en oeuvre une organisation du travail basée sur l'alternance. En clair, un jour un Dobi-Wallah est de corvée de lessive et le lendemain, il est affecté au repassage dans une grande salle commune. Je suis venu photographier les Dobi-Wallah, deux jours. Une première fois au début de mon voyage et j'y suis retourné quelques jours avant de rentrer en France. A chaque fois, j'ai pu constater que cette activité se déroulait dans la bonne humeur. Je pense qu'être associé aux bénéfices de la communauté issus de cette activité économique participe à cette bonne ambiance. Une organisation égalitaire qui tranche avec le fonctionnement habituel dans ce pays où sévissent toujours les castes.

Dobi Wallah

12 Dec 2017 42 18 152
Cochin (Inde) - Nous sommes toujours dans la communauté Dobi Wallah à Fort Cochin, dans l'Etat du Kerala. Si j'ai bien compris ce qui se passait sur cette scène, la femme à droite demande à l'homme chargé de faire la lessive, s'il veut bien prendre accepté ce nouveau paquet de linge pour le laver. Il semble calculer le temps qui lui sera nécessaire pour ce travail supplémentaire. L'homme est arrivé à 5 heures du matin et doit terminer son service dans une heure. La femme semble être la chef d'équipe et essaie de répartir équitablement la charge de travail entre les "blanchisseurs". Les Dobi Wallah sont organisés en coopérative et ont une partie de leur rémunération issue de la répartition égalitaire des bénéfices dégagés par la communauté. Ce à quoi s'ajoute une part variable liée à la charge de travail réalisée individuellement.

Dobi Wallah

12 Dec 2017 57 23 174
Cochin (Inde) - Changement de pays et de continent. Comme partout où ils se trouvent en Inde, à Cochin dans l'Etat indien du Kerala, la communauté Dobi Wallah est organisée en coopérative. Ces membres des castes dites inférieures se chargent de laver le linge pour les hôtels, les restaurants ou les particuliers. En raison de cette organisation collective, cette communauté s'en sort plutôt bien économiquement. A l'origine, la communauté a été créée pour les besoins de l'armée néerlandaise. Les Dobi Wallah étaient chargés de laver, sécher et repasser les uniformes des militaires. Les posters accrochés sur les murs de la blanchisserie à ciel ouvert, représentent l'une des plus grandes stars du cinéma indien dont c'était l'anniversaire le jour où j'ai pris cette photo. En inde, les actrices et acteurs de Bollywood sont vénérés comme des dieux vivants.

1728 items in total