Nous avons tous une bonne raison de faire un blog.

J'ai toujours pensé que l'on n'était pas un "bloggeur" par hasard.....

Parce que l'on a des choses à exprimer, besoin de relations, même à distance, de partager, parce que l'on se sent seul ou dans un milieu où l'on prétend vous aimer mais où l'on ne vous comprend pas forcément, et que finalement ceci n'est qu'une affirmation, et non pas un état de fait, qui s'est éteint depuis trop longtemps, parce que l'on a besoin de se trouver des complicités, des amitiés, un terrain de jeu où notre esprit peut se laisser aller librement, où l'on exorcise nos souffrances où nos "non-dit", trouver une perfection que l'on n'a pas forcément dans la vie,  besoin d'afficher un égo que l'on masque pudiquement dans sa vie, mais besoin de l'exprimer, sans orgueil certes, mais de s'affirmer comme "entité personnelle", enfin, je crois que le fait de se raconter, même en avançant caché, et en laissant ne paraître que ce que l'on désirait de soi-même, pouvait être certes une forme salvatrice de s'exprimer, mais ceci ne doit être que parcimonieux, parce que l'image d'une fleur ne vaudra jamais de pouvoir respirer son parfum...

 Moi-même, le blog m'a permis de contrer une inhibition maladive, une timidité ravageante, d'apprendre la tchatche (quand même encore beaucoup de progrès à faire de ce coté là...), et de réaliser que j'avais encore tant de choses à apprendre de l'esprit humain, et du temps que j'en avais perdu, mon amour des décibels m'a laissé ignorer tant de belles histoires racontées sur des pages, des papotages entres amis sur des terrasses de bar autour d'un petit verre de vin nouveau, en profitant d'un rayon de soleil furtif certes, mais qui rappelle que le monde est un maillon de diversités que l'on ne peut ignorer, sous peine de brûler sa vie dans un virtuel, certes parfait, mais impalpable, fuyant...

J'ai beaucoup, et j'ai encore beaucoup à apprendre à votre contact à tous, je sait que je dois encore "m'élever" (excusez moi cette prétentieuse saillie, mais c'est mon sentiment) et apprendre, que ce besoin est vital pour moi, et que ce chemin n'a pas de fin, mais que la vie, c'est justement de chercher toujours de nouveaux horizons, rien n'est plus triste qu'égrener les jours sans en rechercher la curiosité de notre monde, de se mettre en danger pour mieux aimer la vie, et que ce ressort n'est finalement qu'une impérieuse vitalité...

Je suis dans cet état d'esprit, mêlé de mélancolie et d'entrain, comme tous les tournants de nos existences, la mue est toujours dure, mais la peau n'en est que plus belle, et que j'ai envie de sortir de ma chrysalide (oui, je concède que cette image est très Freudienne...).

Ne croyez pas que mon silence sera un mépris, juste un besoin de me retrouver, et de vous retrouver plus tard pour vous faire partager les beautés et les joyaux de l'existence que j'aurais découvert, et vous faire partager...

Je n'aime pas donner de conseils, moi -même ayant tombé dans une routine digne du mythe de Sysiphe, je peut simplement vous dire de vous battre au quotidien pour ne pas vous faire rattraper et broyer par celui-ci..

J'ai beaucoup admiré l'esprit de bon nombre d'entre vous, et m'en suis délecté, je veut faire ce chemin, moi aussi, pour faire partie de vous tous...

Je reviendrais épisodiquement, et quand ma quête sera terminée, je serais à nouveau parmi vous, pour cette fois ci vous conter ce que j'aurais de mieux, j'ai été trop muet...

Je vous embrasse et part sur la pointe des pieds...

Restez vous mêmes....je vous embrasse tous et vous remercie, vous m'avez beaucoup donné...