Après des années de pratique intensive, on peut observer chez l'individu communément appelé « photographe amateur » une déformation significative de la perception que j'ai du mal à situer: dans l'œil ou dans le cerveau ? Il s'agit de l'impossibilité d'utiliser les 120° de champ visuel dont la nature nous a pourvu.
Pour ma part, dès que je me déplace, je découpe le paysage en rectangles au rapport 24x36; cette cible virtuelle que je projette autour de moi me permet d'appréhender la possibilité d'une photo et de voir d'emblée le cadrage idéal. Si je tente de saisir la scène dans son ensemble, je n'y trouve souvent que peu d'intérêt photographique, par contre dès que je découpe le monde, il me paraît beaucoup plus passionnant.
C'est devenu un handicap certain en voyage , car je me rends compte, au retour, en discutant avec ma femme, que je suis passé à coté de pas mal de choses.
Je n'ose pas en parler à mon ophtalmo de peur qu'il m'adresse à son collègue psy et je n'ose pas le dire à mon psy dès fois qu'il m'enverrait chez un copain ophtalmo.
C'est grave docteur ?