jour de printemps / jour de marché jour de colère
ce n'était pourtant plus mon habitude de sortir comme çà
me mêler à la foule de ce marché du centre ville
parfois cependant j'allais encore côté banlieue
mais davantage pour le fait de croiser des potes, des ,, copines ?? brefffffff

pourquoi ce samedi ?? il me manquait quelque chose de nécessaire
pour attaquer mon W E de travail
mais c vrai tout de mm ce n'était pas désagréable
le soleil était de la partie , et j'en venais à me dire que je devrais revenir un peu plus souvent à ce genre de sortie

une fois trouvé et acheté ce vêtement de concert qui me manquait,,
j'errais par là à fixer les stands, essayer de retrouver l'une ou l'autre de mes camarades un peu sous les halles, puis préférant aller à l'extérieur, je zonais d'un stand à l'autre sous un soleil vraiment plaisant

c en m'attardant près d'un rayon de vêtement ,, que j'entendis deux femmes
elles parlaient d'un ton qui m'interpella
un ton non agressif mais de colère, mécontentement mêlé d'interrogation de l'une et d'explication de l'autre

c alors que je me mêlai à elle
le sujet me toucha et je ne pus m'empêcher de faire partie du discours

**************
********
**,,, un groupe d'enfants du collège des L,,,,,,,,,,,, en périphérie de Dijon, se sont trouvés mêlés à une altercation violente
puis quelques jours + tard , l'un d'eux porta plainte (enfin les parents je présume,,) et les autres 4 ou 5 se sont retrouvés convoqués ... mise à pied de plusieurs jours ... manque des cours etc etc ,,,,

tout cela n'aurait rien de répréhensible ??,, si par ailleurs au bout de quelques jours 3 enfants sur 5 furent autorisés à réintégrer les cours
,, pourquoi
qui sont les 2 autres ? et pourquoi eux à ce moment-là ont continué à être exclus ? pour une faute dont on ne savait pour autant les tenants et les aboutissants.
et c là que le bât blesse

tout simplement parce les parents sont ou font partie des "gens du voyage"

m'étonnant du pourquoi, du comment ,,,, ??????????
l'une des femmes m'expliqua tout simplement que c'était tout à fait normal pour elles, pour eux
"ils ont l'habitude dans leur catégorie sociale de se faire "traiter mal", sous considérer ,,,, "moins que les arabes"
à chaque fois, je me prends une gifle !
c fou ce que j'entends çà depuis quelques temps dans la rue, au travail

.....plus masqué dans .... les magasins, les administrations comme si ...un mot d'ordre était donné.

mais tout de même en l'espace de quelques jours, les mm propos ressurgissant ,, j'en arrivais à me poser la question de savoir,, si finalement nous ne faisions pas tout simplement que nous voiler la face ,,,
pourquoi ??? ,,
pour masquer de vieux démons discriminatoires, pour les enfouir à défaut de les éradiquer dans le tréfonds de l'âme humaine, administrative, sociale et tout secteur confondu?.

je montrais que je n'étais pas d'accord , que ce n'était pas normal,, qu'il y avait des lois, des textes ,,
je leur parlais de ceux qui désormais sont condamnés au pénal pour des propos non acceptables
bien sûr je pris soin d'utiliser un langage simplifié
et alors que l'une d'elles fila récupérer sa place sur le marché près de son stand
je restai encore un moment avec l'autre.

bien sûr elles ne demandaient qu'à me croire, mais même si çà existait depuis quelques années ce type de discrimination condamnable, pour elles, c'était un état de fait contre lequel elles ne pouvaient rien ,,,

le pot de terre contre le pot de fer ,,,

j'achetais deux bricoles,,, en continuant à parler,,, deux achats qui me seraient utiles certes,, mais plus pour le fait de ne pas vouloir prendre sur son temps de travail à lui expliquer le A le B le C de mes raisons qui évidemment ne correspondaient pas aux siennes

oui ! je me souviens qu'au cours de notre discussion,,, elle me dit par exemple une chose qui m'étonna ,, c que lorsque l'un de leurs enfants manque,, elles reçoivent une convocation, une sorte d'avertissement de la C A F .. pour justification

çà alors me stupéfia ...combien de fois je vis soit de mes filles, soit d'autres des absences non véritablement justifiées et dont je m'étonnais du silence des écoles,,
après tout c vrai il pouvait arriver tant de choses, un problème de famille tout et n'importe quoi ,,
et là du simple fait que ce sont des enfants d'une catégorie socio/professionnelle un peu différente ,, çà y est ,, on a affaire à tout un arsenal de .. formulaires, de question/réponses

ce week end je croisais au cours d'un stage une ado comme par hasard du même collège, mais qui elle n'était pas au courant de ce petit fait divers ,, ce qui était fort plausible .

oui, ce jour-là, ce fut un coup de gueule,,, non violent ,,, mais revendiqué,, allergique à ces diktats radicaux, et surtout pour secouer des décennies, des siècles de soummission à des ordres donnés, à un état de fait, des éternités de non rébellion et de contestation manquée !!!!!!!!!!!!