comment se peut il encore
que nous trouvions ces images
de blessures
de douleurs
de souffrances
sur des bras
sur la peau
dans le regard
d'enfants
prépubères
et se dire ....
que l'auteur
les auteurs
n'en seraient pas
poursuivis!!!!
les Misérables
sont toujours à notre porte ???
dans ses appartements ,, feutrés
à l'écart
au sein pourtant
des grandes métropoles
mégapoles
policées
couleur honte
j'en ai croisées ici chez nous ...
là bas aussi
dans nos pays amis
à l'instar
de lois progressistes
qui en ignoreraient
l'existence !!!!
ce week end encore
en rentrant du travail !!
ce dimanche fin d'après midi
un peu abasourdie
j'écoutais  W ......
elle me narrait
ses jours sans éclats
sans bonheur
sans lumière
elle ne s'attend
jamais au miracle
dès qu'une chose lui sourit
elle sait d'office
que l'envers lui en sera
proposé
imposé
obligé
j'écoutais .......
je regardais son regard désabusé
de ses 14, 15 ans
brillante pourtant
juste un peu trop parfois ..intolérante
dans ses propos réactionnaires
d'adolescente actuelle
de par ici .........
mais raisonnée pourtant
quelques courtes années plutôt
c sa mère qui me révélait
ses bleus
ses blessures
ses heurts ... au quotidien
je ne comprends toujours pas
ce cycle imparable
intolérant
du revenez-y de ces douleurs répétitives
qui usent, rabotent l'âme et la peau
comme une empreinte fossilisée
qui sèmerait
sa répétition télécommandée


tairi