Adagio Mozart

si nostalgique
sans mm en savoir ,,, la raison
elle erre
sur ses notes favorites
sa mélodie aimée
en vient à invoquer
le sort de ces naïades éthérées
la route de ces marins égarés
l'avenir improbable
de ces enfants sans force
elle en voit
des images de fin de vie
de celles qui défilent
à l'envers
vitesse vertigineuse
ces brumes toujours les mêmes
ces ombres incessantes
ces regards raccourcis
en diagonale
élans interrompus
passions interdites
bras tétanisés
regard figé
regards figés
et un visage
et deux
et là ,,, plus rien
a-t-elle donc rêvé
sa passion
dans le secret
de ces âmes improbables
est-il si loin
ce jour où enfant
elle se vit attirée par le vide
vers une écume attractive
et où question incessante
elle se vit projettée
en arrière
par ses fées protectrices

"feuillets épars"