Sauvage et libre

 

quand je pleure
que mes larmes soient sèches
ou que j'en vienne
à les effacer
d'un revers de main
que tu sois trop loin
pour ... me tenir la main
me rassurer
ou m'endormir
je reviens vers les miens
mes fauves
si sauvages et si beaux
vers qui j'allais
toute petite
lorsque ma mère
me laissait seule
d'un regard ignorant
détourné
le coeur si froid, si sec
lorsque je m'enfuyais
de leur antre glaciale
que la cheminée rougeoyante
ne parvenait pas
à me retenir
je ne craignais rien
ni cette peur inculquée
aux enfants capricieux
ni l'obscurité épaisse
et les craquements qui l'habitaient
et lorsque je m'accroupissais
au fond de l'ombre
je regardais le ciel
recherchant la lune
il y aurait pu y avoir
tout ou rien
reptile endormi
fauve, félin ou chouette éveillée
c avec tous ceux là
que je me réfugiais
et si je ne leur appartenais pas
c vers eux que mes pas me portaient
comme s'ils sentaient
qu'ils m'y déposeraient à l'abri
de ces humains
qui ne cessaient de me blesser
le coeur et l'âme


tairi