La récupération informelle des déchets est l'activité consistant à trier et extraire manuellement des matériaux recyclables ou réutilisables depuis des déchets mélangés, dans les décharges légales et illégales, aux dépôts et sur les piles de déchets, ou encore dans les poubelles.
.............


Ces ramasseurs manuels d'ordures portent différents noms : on parle de Zabbaleen en Égypte, Cartoneros en Argentine, Chifonye en Haïti, Kacharawala à Delhi, Tokai au Bangladesh, Kabaris à Karachi, Pepenadores au Mexique, Basuriegos en Colombie, Catadores au Brésil...

 





Ils sont parfois affectés de tuberculose, de maladies intestinales et diarrhées, de problèmes de peau comme la gale, de pneumonie et de bronchite, d'infections des yeux, etc.

.........................


Leur pauvreté ne permet généralement pas de disposer d'équipement de protection adapté.

Ceux qui marchent en tongs voire pieds nus sont exposés à des coupures, à des infections par des déchets médicaux (notamment les seringues), à des morsures d'animaux et à des piqûres d'insectes.

Enfants ramasseurs d'ordures en Egypte, les Zabbaleen, je les ai vus du haut du balcon, au printemps 2006, mais je n'ai pas eu l'impudeur de les photographier.

..........



Ce sont de tout jeunes enfants qui doivent se hisser sur la pointe des pieds pour accéder à la gueule des poubelles plastique alignées sur les trottoirs de la ville d'Alexandrie.

Inutile de dire que la récupération des déchets provient d'une situation de grande pauvreté et d'un manque de ressources.



Du fait du chômage des parents, ces enfants contribuent souvent de façon significative au revenu familial, cela suffit à dissuader d'une scolarisation normale.



Pour manipuler ces déchets, les enfants n'utilisent que deux outils : une pointe ou un crochet métallique, ainsi qu'un sac en plastique pour les collecter.
Les équipements de protection sont très rares et même inexistants.



En Egypte, ce sont le plus souvent des Coptes qui font ce travail.

MERCI DANIELA