Plusieurs membres de l’UJFP sont actuellement à Gaza, pour voir ce qui s’y passe.
 
Ils nous ont envoyé un compte-rendu
de leur expérience. 

 
 
**********************
 
 

En vrac et excusez les erreurs dues 
à un clavier anglais
....Nous ne comprenons toujours pas
le miracle de notre entrée.... 

Sortie au terminal.
 
On passe de la zone palestinienne, qui est un amas de gravas, les maisons détruites par les israeliens a un poste frontière qui tient de l'aéroport

Poste frontière palestinien, en fait un poste frontière israeélien puisqu'il sert de premier contrôle aux israéliens.
un ballon espion surveille la place ou rien ne se passe.
 
d'où nous venons .... : nous vous parlerons longuement nous sommes là pour témoigner, mais pour moi il n'y aura rien d'autre a faire que de crier : ce blocus doit cesser immédiatement....

La vie a Gaza est impossible, la souffrance est extravagante.
 
Elle se lit sur les visages, dans les gestes et nous en avons entendu le récit par différentes voix.........
 
 
Celles d'Ahmed Sourani, touché dans sa vie quand son fils a été victime collatérale d'une attaque au missile, qui porte encore dans son corps des éclats mais qui miraculeusement, et aussi avec les soins de l'équipe de l'hôpital de Beersheva .... s'en sort mais reste invalide, lui qui etait le deuxième nageur de Gaza.
 
Il a quatorze ans..........
 
Souffrance des mères que nous avons rencontrées dans les clubs de femmes crées avec une débauche d'énergie et peu de moyens, grâce aussi a la solidarité internationale.

Elles nous ont recus avec une hospitalité raffinée, délicate et le désir de parler, de faire savoir..
Nous les avons entendu raconter la peur de leur enfants, leurs efforts pour les faire rire et jouer, l'absence d'avenir, leurs soucis du lendemain.

tout manque ... mais le pouvoir du hamas n'a pas pu imposer des prix fixes.
Donc tout a augmenté dans des proportions inhumaines........

Les réfugiés qui bénéficient de l'aide de l'unwra sont, ironie de l'histoire légèrement privilégiés
Mais tout s'effondre.
 
Il reste pour deux mois de médicaments de réserve mais cent personnes seraient mortes ( mon seraient ne veut pas dire que je n'y crois pas mais les chiffres ont variés ) parce qu'elles n'ont pas pu être soignées.

C'est un crime, un de plus.......
 
Tout s'effondre, l'enseignement s'effondre, la vie s'effondre comme nous le disait Jabr ( qui m'a longuement parle de Michele avec qui il a défilé en Israel et de la Republique à la Nation...
Que dire de la détresse accumulée, qui aurait pu arriver a une amélioration sans le blocus.
 
La situation est pire qu'avant le " désengagement unilatéral" parce qu'alors on pouvait circuler, mal mais circuler.
 
Rien ne se compare ici à Gaza.

....je suis ce soir dans un hôpital moderne, géré par une fondation mise subtilment au point pour empêcher la main mise qu'un jour ou l'autre les israéliens feront sur l'endroit.
Le mur est construit à quelques mètres,monstrueux.

Nous sommes en zone A dit une vieille pancarte apposée a l'entrée de Beit Jala qui indique que les citoyens israeliens ne peuvent passer suivant la loi israélienne.
 
Et l'on ne parlera pas d'aparteid sans doute.
 
Et pourtant ici la vie est calme, humiliée, sans avenir mais je marchais tout à l'heure avec Laurence, nous parlions tranquilement.

C'était la paix du soir.

A Gaza ni Amed, ni Jabr ne nous ont laissé faire un pas seul.
Ariane, Brigitte et Laurence sont allées faire quelques pas sur la plage ce matin pourtant.
 
Nous étions dans un palace vide, un moment sans électricité quand le générateur a lâché.
nous étions là alors que nous pensions dormir au PARC.
Mais Ahmed a eu peur pour notre sécurité.
 
La veille l'aviation israélienne avait bombardé dans le quartier.
...heureusement l'entourage etait vide, l'idf ayant prévenu la Croix Rouge avant.
Les israeliens ont parfois des délicatesses qui surprennent ........
On se dit parfois, ils en font trop pour notre sécurité c'est du bluff !!!!!

Et puis cette nuit incursion de l'idf 30 personnes enlevées.
C'est tout pour ce soir les amis on se voit bientôt
note ; je recois cette info du PCHR ou nous étions hier : dans la nuit un groupe armé non identifié a fait sauté le YMCA et détruit la bibliothèque.

Je n'ai rien entendu, et rien su !!!!!!!