Nous attendions le printemps

Voilà que surgit l’automne

Nous appelions le soleil ardent

Les étoiles s’éteignent.

Le cheval n’est pas mourant

Le cavalier est absent.

frhat mehenni