car ta vie
est un précipice
où tu tombes
sans jamais
cesser de te relever
où tes larmes
comme tes rires
tes sourires
ne cessent de nous toucher
le coeur et l'âme
c'est souvent que nous nous tenons
la main
le coeur
et l'âme
sans qu'un soir
ne se close
sur un matin
où de nouveau
tu iras droit devant
guerrière
toi l'amie de mon âme
toi la soeur
dont je t'ai offert le nom