Editeur de contenu /* */ Titre : La boulette
Écrit le 18.04.2008
La compagnie aérienne irlandaise Aer Lingus a annoncé jeudi qu'elle refusait de reconnaître la validité de billets de classe affaires pour des vols transatlantiques allers-retours, d'une valeur de 3.550 euros, vendus par erreur sur internet pour 5 euros.

"C'est une authentique erreur, une erreur fondamentale de notre part", a déclaré Enda Cunni, un directeur commercial d'Aer Lingus en présentant ses excuses aux passagers concernés.

"Nous l'avons rectifiée aussi rapidement que possible", a-t-il expliqué à la radio RTE. "Nous avons contacté les clients et leur avons donné l'opportunité d'effectuer une nouvelle réservation. Vendre un vol en classe affaires pour 5 euros... c'est une vraie erreur, les gens doivent savoir que quelque chose ne va pas."

Une centaine de passagers ont eu le temps de prendre un billet mercredi matin pendant les deux heures où l'offre était disponible sur le site de la compagnie. Aer Lingus les a avertis que leur réservation, permise par une erreur technique, n'était pas valide et que rien ne serait prélevé sur leur compte.

Cependant, pour l'Association des consommateurs irlandais, Aer Lingus est liée par contrat aux passagers qui ont réservé de bonne foi leur vol et à ce titre tenue de les autoriser à voyager sans qu'ils aient à acheter un nouveau billet.


*************************************************************************************************************************************

**********************************************************************************************************************************

Marseille - Sans permis, il quitte la prison au volant d'une voiture

Un sexagénaire incarcéré pour défaut de permis de conduire a quitté la prison des Baumettes, à Marseille, au volant d'une voiture sous les yeux incrédules des gendarmes qui l'ont pris en filature. Selon le journal La Provence, le multirécidiviste était notamment écroué pour "conduite malgré une annulation de permis".

L'homme a bénéficié d'un régime de semi-liberté qui l'autorisait, tous les matins, à quitter l'établissement pénitentiaire pour se rendre sur les lieux de son travail. Les gendarmes, qui l'ont pris en filature dans le cadre d'une autre affaire, l'ont interpellé à une trentaine de km de la cité phocéenne. Leur enquête a établi que l'individu avait également fourni de faux certificats de travail et de faux bulletins de salaires pour bénéficier de son régime de semi-liberté.

(D'après agence)

************************************************************************************

*************************************************************************************

Titre : Tortue inconnue
Écrit le 17.04.2008
Des biologistes ont identifié dans le nord du Viêtnam un spécimen de tortue géante que l'on croyait éteinte à l'état sauvage, annoncent des chercheurs.

Après trois ans de recherche, des spécialistes asiatiques ont découvert, photographié et identifié une tortue "Rafetus Swinhoei", unique spécimen sauvage connu, dans un lac situé à l'ouest de la capitale, Hanoï.

Le zoo américain de Cleveland, qui a financé l'étude, a salué une "découverte incroyablement importante" et rappelé que la tortue de Swinhoei était "l'une des espèces de tortue les plus gravement menacées dans le monde".

Les chercheurs n'ont pas souhaité préciser l'emplacement du lac où la tortue a été aperçue, afin de ne pas l'exposer à des chasseurs ou des trafiquants d'animaux sauvages.

Seuls trois autres spécimens de ce reptile, qui peut peser 140kg, mesurer un mètre de long et vivre cent ans, sont connus dans le monde. Deux vivent en

captivité en Chine, le troisième dans un lac d'Hanoï.

Leur quasi-extinction à l'état sauvage est due à la chasse pour leur viande, à la destruction des sites de ponte et à la pollution.

************************************************************************************

Titre : Coup de bol
Écrit le 17.04.2008
Un employé de banque auquel avait été dérobée, chez lui, une précieuse collection de pièces de monnaie, se l'est vu remettre en mains propres par son voleur qui venait la déposer dans son établissement bancaire.

"Je ne pense pas que le cambrioleur s'attendait à cela", a dit un porte-parole de la police de la ville de Dortmund, en Allemagne.

Peu après le dépôt, l'employé a reconnu sa collection, évaluée à quelque 50.000 euros, qui lui avait été volée trois jours plus tôt.

Lors de l'arrestation du suspect, la police a découvert d'autres objets volés.
************************************************************************************

*******************************************************************************

bisous