*********************************************************************************************************************************

Une nuit en prison plutôt que de rester loin d'un ordinateur

Tristan Péloquin

La Presse

Francis Lemelin, un des 17 présumés pirates arrêtés mercredi par la SQ, a préféré passer la nuit en prison hier plutôt que de se faire interdire d'approcher un ordinateur. Le programmeur-analyste de 26 ans, chez qui les limiers ont saisi 19 appareils mercredi, tentera d'obtenir des conditions de libération plus clémentes aujourd'hui.

Le juge Robert Marquis, tranchant hier midi sur ses conditions de libération, lui a interdit de travailler sur un ordinateur branché sur la Toile, d'entrer en contact avec ses présumés complices, de se rendre dans un café Internet, et même de «résider à un endroit où se trouve un ordinateur». Il s'est également fait imposer une caution de 3000$.

«Monsieur, je perds ma vie. Je vais être obligé d'aller sur le B.S. demain», s'est plaint l'informaticien. «Où je vais aller? Je ne peux même pas retourner chez moi, mes colocs ont tous des ordinateurs», a-t-il ajouté, visiblement irrité.

Selon son avocat, Clemente Monterosso, Lemelin «se rappelle avoir fouillé dans des ordinateurs quand il était adolescent», mais ça ne lui est pas arrivé «depuis cinq ans», a soutenu le suspect devant le juge.

*******************************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************************************

Royaume-Uni - Il se gave de gâteaux... et meurt étouffé

Manger le plus de gâteaux possibles. Tel était l'idée du "concours" auquel a participé un Britannique de 34 ans dans un café de Swansea, au sud du Pays de Galles. "Il y avait tout un festin et quand la soirée a fini aux premières heures du jour, il en restait encore beaucoup", a raconté un témoin au tabloïd The Sun. "Quelqu'un a [alors] suggéré de voir combien de temps il leur faudrait pour manger cette pile de gâteaux. Deeley. Mais subitement quelqu'un a commencé à s'étrangler."

Selon le journal, jusqu'à cinq mini-gâteaux sont en effet restés bloqués dans la gorge du jeune homme. Malgré l'intervention des ambulanciers, l'homme n'a pas pu être sauvé et est décédé à l'hôpital. La police a estimé que les gâteaux avaient pu "contribuer à son décès", mais l'enquête sur les causes de sa mort n'est pas bouclée.

(D'après agence)

**************************************************************************************************************************************

*************************************************************************************************************************************

Titre : Cassetoipauvrecon
Écrit le 26.02.2008
Lectures : 247

L'insulte lancée samedi par Nicolas Sarkozy à un visiteur du Salon de l'agriculture a franchi une nouvelle étape dans l'engouement des internautes qui ont réservé en série des noms de domaine "cassetoipauvrecon".

Les adresses en .com, .net, .org et .fr ont été réservées dimanche et lundi par des internautes, après l'altercation lors de laquelle le président de la République a lâché "Casse-toi alors! Pauvre con" à l'intention d'un homme qui lui disait "Touche-moi pas ! Tu me salis".

"On s'amusait hier avec ça", a expliqué à Reuters le journaliste de télévision John Paul Lepers, qui a réservé un des noms de domaine. "On va peut-être faire un site là-dessus."

Un autre site, www.cassetoipauvrecon.com, affiche de son côté un appel aux enchères pour racheter "LE nom de domaine qui déchire le quinquennat".

***********************************************************************************************************************************

**************************************************************************************************************************************