douleur

je n'ai pas osé les ragarder

je n'ai pas osé leur parler:

une rescapée n'arraitait de répéter

"skhfate ,tchawtate"/"elle s'est evanouie,elle a été rotie"

parlant d'une de ses camarades

brulée vive...............

des femmes

des jeunes hommes

des mineurs

et oui

cet "atlier"

prouve à ceux qui prétendaient que

les choses ont changé!!

toute l'horreur de la realité...

un crime abominable..

en deterre bcq d'autres:

40 des 220 ouvrier/es seulement

sont déclarés à la Cnss...

des mineurs y triment...

pas de respect du smig....

ce drame abominable

devoile la nature

de ce patronnat avide

cupide,arrogeant...

fort de la collusion du gouvernement

sa complicité

pourquoi parler de complicité

ce sont les memes

la plupart de nos patrons

sont ou ont été ministres

ou hauts responsables ..

les ouvrier/es n'ont personne

ne sont pas assez organisés

avec 25 syndicats!!!!!

divisés,ne croyant plus à ces structures

figées ;bureaucratiques...

ce qui arrive devrait sonner l'alarme

seule l'unité

l'organisation

la lutte pourront

permettre de tenir téte

de résister

de lever la tete

de retrouver sa dignité

son humanité

lutter n'est plus un choix

c'est une necessité

 

ni de cartes de travail...