"Mais mon petit... c'est une légende"
( Al Faraby )
 
 
 

 

"Une fois, tu m'as raconté une histoire que les gens meurent plusieurs fois..."
"moi ? je t'ai raconté une histoire pareille !"
"oui... tu ne te souviens plus... et que la première fois, c'est quand notre âme quitte notre corps..."
"oh ! ça me revient... ce n'est pas une histoire mais une légende"
"quelle différence ?"
"la légende n'est pas une histoire vraie... c'est une histoire déformée et embellie par l'imagination populaire"
"oui, c'est ça... elle était jolie cette histoire... peux-tu me la raconter encore une fois ?"
"qu'est-ce qui te fais penser à cette légende ?"
"un peu tous ces tués autour de nous... c'est par dizaine tous les jours, quelque chose me dit qu'il ne faut pas que je les oublies..."
"il ne faut jamais oublier nos morts... jamais !"
"sinon ?"
"eh bien écoutes. Selon une légende, on dit qu’on meurt trois fois.  La première fois quand notre âme quitte notre corps, la deuxième fois quand tous ceux que l’on a connus et aimés meurent à leur tour et la troisième fois quand plus personne ne prononce notre nom."
"C'est comme Mahmoud Musalameh"
"Qui est-ce ?"
"C'est le nom du jeune garçon de 14 ans qu'ils ont tué ce matin lors de la manifestation à Hébron en protestation à l'agression contre Gaza... "
"Mais tu ne peux pas, à toi tout seul, retenir les noms de tous nos martyrs !"
"même si j'écris leurs noms sur un cahier ?"
"et après ?!"
"il y aussi Salsabeel Abu Jalhoum, le bébé de 21 mois du camp de Jabaliya"
"...!?"
"chaque jour, je prononce le nom d'un... à tour de rôle... et comme ça ils ne meurent jamais !"
"mais mon petit... c'est une légende"
"ça ne fait rien... je la trouve vraie !" palestine