Je soutenais deux formations.

La Côte d'ivoire, mon pays de droit et le Brésil, mon pays de Coeur.

Tous les deux ont été éliminés. La Côte d'ivoire dès le premier tour à mon grand désespoir! Elle aurait pu, elle aurait dû aller plus loin... Hélas, le sort en avait décidé autrement. Le Brésil au second tour... Tout ce qui me restait. Mon dernier espoir...

Je me suis raccroché à ce restant d'espoir pour le Brésil dont les premières victoires m'ont fait vibrer au premier tour. Sauf lors du match qui a opposé le Brésil à la Côte d'ivoire. Pourquoi a-t-il fallu que le sort les oppose justement. Un duel "fratricide" poignant pendant lequel mon coeur a été fendu, brisé d'un côté quand la Côte d'ivoire prenait un but et palpitant de l'autre devant les actions brillantes de mon cher Brésil, à l'assaut des buts ivoiriens. Comme pour un père brisé quand deux de ses enfants chéris se battent. Un moment terrible.Heureux quand la Côte d'ivoire a retiré un but, se sauvegardant d'une humiliation. Heureux encore, puisque le Brésil, mon autre préféré avait gagné lui au moins le droit de poursuivre l'aventure.

Mon rêve a fini par se briser avec l'élimination définitive du Brésil au deuxième tour.

Pas définitivement puisque désormais devenu simple spectateur pour la suite de la compétition, j'ai pris encore comme beaucoup d'autres africains, fait et cause pour le Ghana, la seule équipe africaine encore en lice au 1/8 ème de finale. Las pour un troisième coup de poignard quand le Ghana rata ce pénalty décisif qui laurait propulsé avec toute l'Afrique au quart de finale. Il venait de manquer l'inmanquable!

Toute la suite n'a été pour et rien que pour l'amour du Football.

J'avais pronostiqué l'Allemagne en finale et c'est la Hollande qui a gagnée le droit de disputer le match au sommet. Opposée à l'Espagne victorieuse de l'Uruguay, la Hollande a perdu me faisant doublement perdre mon pari du gagnant de la Coupe du Monde.

J'ai survécu à tous ces torrents d'émotions qui m'ont submergés pendant un long mois pourtant merveilleux. Les pics d'adrénaline n'ont pas eu raison de mon coeur aux innombrables heures de vol...

Je suis donc de retour bon pied bon oeil, sain et sauf...

De retour sur Ipernity.

Roger.