Oui, ma grande découverte des années 90, le Carnaval Brésilien s'est révélé être une affaire très complexe.

Comme des poupées russes imbriquées, j'ai découvert qu'il y avais toute une foule de manifestations dites "carnavalesques" comme empilées les unes dans les autres, qui s'emparent de tout le Brésil.


Dans la tourmente globale de la méga fête qui emballe littéralement tout ce grand pays, on distingue nettement le phénomène des Carnavals de Défilés (ou "Desfiles das Escolas de Samba"), manifestations reines de deux jours et deux nuits, rendez-vous annuel au sommet des écoles de samba. Elles ont lieu dans les plus grandes villes, à Rio depuis longtemps (que l'on connaît de réputation), à Sao Paulo, à Brasilia, à Manaus aussi (c'est plus récent et inconnu hors du Brésil) ainsi que dans bien d'autres cités de moindre importance comme à Florianopolis dans le Sud... Ils sont organisés par les écoles de samba, sous le contrôle unique, pour Rio, de la Ligue Independante des Ecoles de Samba (L.I.E.S.A.). La photo ci-contre montre une école faisant sa parade... (voir l'image). Elle sera suivie d'une autre, puis d'une autre encore, encore et encore; jusqu'à un total de 7 écoles pour la 1ère nuit et de 7 autres pour la 2ème nuit. C'est le cas actuellement à Rio

Dans toutes ces grandes cités, certains grands établissements, Clubs privés ou ouverts au public,, des Bals Populaires (ou "Bailes") très prisés sont organisés. C'est le Carnaval de Salon, le rendez-vous huppé de la jeunesse brésilienne branchée, des touristes curieux aussi. On y danse sur place en sirotant sa consommation et en regardant des jeunes femmes de tous milieux qui dansent lascivement juchées sur des podiums, dans des tenues très déshabillées et afriolantes, au son d'un orchestre de samba qui joue les ritournelles brésiliennes les plus belles et célèbres, des sambas inoubliables ayant marqué un carnaval passé. Les déguisements sont recommandés pour le public mais pas obligatoires. Un spectacle plutôt étonnant et bon enfant pour le touriste non habitué à ce genre d'exhibition, mais apparemment des plus normal pour les brésilien blasés... Il y a des Bailes célèbres par leur nom ou par la faune qu'ils attirent, comme rendez-vous annuel de travestis de la planète. Les télévisions sont toujours présentes pour répercuter l'athmosphère surchauffée et plutôt érotique ou provoc des salons enfumés, pour tout le brésil.









Dans les rues des quartiers de presque toutes les villes, des défilés de rues, menées par des groupes d'animations carnavalesques, éclosent un peu partout (les "Blocos" et "Bandas"). Ce sont les fameux Carnavals de Rues. De génération spontannée, ils drainent chaque fois les brésiliens du voisinage, toutes les classes sociales confondues, qui viennent là faire "leur carnaval", comme on vient accomplir un rite annuel indispensable, incontournable. Cette forme de carnaval est dite spontanée, car elle est sans préparation des participants. On se déguise librement, comme on veut ou comme on peut, ou pas du tout. On chante des samba et on danse derrière une formation orchestrale plus ou moins importante qu'on saisit au passage et qui parcourre les rues du quartier en boucle. C'est là que se donnent rendez-vous les travestissements les plus rigolos et surprenants. Certains blocos de ce type sont devenus si célèbres au fil du temps et des carnavals qu'ils drainent chaque année des afficionados chaque fois plus nombreux, venus parfois de très très loin, comme du fin fond du pays.








Dans les grands hôtels et à la Télévision, de nombreux et différents concours sont tenus. On peut les appeler les Carnaval de Concours. Concours de beauté de "musas" muses de carnaval, de "pantheras" panthères et autres élection de "Mulatas", beautés féminines à la plastique athlétique et à la peau de lune (souvent des "Passistas" rodées dans les défilés d'écoles de samba comme Marraines de Batterie ou Destaques de chars), des concours de créateurs de costumes parmi les plus extravagants (les "Concurso de Fantasias"). La télévision est toujours là encore présente pour tous ces évènements, pour informer le grand public et le faire participer activement en l'appelant à voter pour ses candidats ou candidates préférées...








N'oublions pas de citerir pour fin , le carnaval individuel, la multitude des petits concours de déguisements privés ayant lieu en famille, chacun y faisant montre de sa performance personnelle et vivant ainsi plus intimement son carnaval propre, rien par exemple que pour épâter le petit cercle de ses amis proches, ses seuls spectateurs, ou même la galerie de son quartier. Certains réussissent des prouesses qui feront, s'ils sont vus des journalistes, la couvertures des Magasines relatant le Carnaval le lendemain!


















J'ai découvert sur place que le carnaval brésilien en général et celui de défilés en particulier possédaient trois grandes caractéristiques:

. des formations incontounables ou "Icônes" qui jouent le rôle de "mots" dans la démonstration du thème par le Carnavalesco

. un langage très spécialisé existant, vrai vocabulaire associé, qui s'est forgés au cours du temps, parallèllement à la formation de la tradition du savoir faire carnavalesque.

. des règles et des principes stricts, à respecter quand on veut être apprécié d'un public de connaisseurs plutôt brésiliens et jugé valablement par un jury de "professionnels" commis pour la circonstance lors des compétitions d'écoles de samba. L'opération de Carnaval que sont les défilés d'écoles de samba est de venue depuis longtemps un véritable concours âprement disputé, où les Jurés doivent choisir les 2 meilleurs (un champion et un vice champion pour l'année), une compétition entre plusieurs écoles de samba du même groupe, après une année réglementaire de préparation.

Ce sont ces éléments codifiés, donc accessibles à un public de connaisseurs et à un jury spécial que je veux étudier ici...

Il faut en connaître quelques grandes lignes pour être à même de comprendre un peu QUI fait QUOI, COMMENT et POURQUOI, et QU'EST-CE QU'ON CHANTE dans un défilé pour un peu apprécier le spectacle et (pourquoi pas ?) peut-être commencer à aimer la chose carnavalesque. Autrement, elle apparaît pour tout non brésilien comme un vrai gaspillage d'énergie, une affaire un peu bizarre, excessive et plutôt hermétique que l'on ramène à une simple exhibition de belles filles! Certains pensent même qu'il n'y a rien à comprendre là-dedans, ce qui est une grande erreur! En effet,il est très difficile d'appréhender ce spectacle sans aucune préparation. Comme ce fut mon cas au départ.



Fantasias. Concurso de fantasias

Parachuté là-bas dans l'ignorance la plus complète, en 90, lors de ma première visite au Carnaval, j'y suis retourné en 91, 92, 93, pour en apprendre progressivement les arcanes de base et en comprendre le fonctionnement. C'est alors que j'en ai perçu toute la richesse, que j'y ai vu transparaître tout le Brésil comme dans un mirroir, avec son histoire, sa géographie, sa culture multi ethnique et ses moeurs originales. Les sujet des thèmes successifs, les textes des sambas joueraient donc le rôle d'une Véritable Tradition Ecrite... Et croyez moi, c'est ce qui a rendu l'expérience carnavalesque de ce pays si intéressante à mes yeux!

Une méthode facile et originale d'accéder à la connaissance intime de ce peuple serait possible en compilant simplement la masse des scénarios de thèmes et des textes des sambas des carnavals successifs...! J'irai jusqu'à dire cela. Je veux le démontrer avec mes articles à venir en analysant les MOTS-ICONES à la disposition du Carnavalesco, le VOCABULAIRE SPECIAL TRADITIONNEL utilisé pour désigner les choses, les GRANDS PRINCIPES et les REGLES FONDAMENTALES qui régissent l'organisation et le déroulement des défilés Brésiliens, tout ce gros attirail qui en font les méga spectacles uniques, par leur ampleur, leur beauté, leur retentisement mondial que l'on sait!

Questions importantes à la quelle il va me falloir répondre :

Qu'est-ce qui fait que, ou comment le Brésil transparaît t-il dans le Carnaval ? Pourquoi peut-on dire que le Carnaval est une sorte de grande encyclopédie populaire du Brésil ?

(affaire à suivre)