John Nack, développeur chez Adobe, a posté récemment un billet très intéressant sur son blog. Il y parle de Photoshop et de l’interface du logiciel, qui a assez peu évolué depuis sa première version, sortie sur Mac OS en 1990.

Bientôt vingt ans d'ajouts de fonctionnalités

Bientôt vingt années d’évolutions en tous genres, et Photoshop pourrait presque être comparé selon John Nack à un de ces arbres dont on mesure l’âge en comptant les stries du tronc, à la différence qu’il faut ici comparer la taille et le style d’une boîte de dialogue. Plus ladite boîte est grande et fournie en options, plus elle est ancienne. Nack plaisante à ce propos en parlant des effets de lumière : « Vous pouvez voir les marques de brûlures du grand incendie de 1943 ».


CS3, la version charnière ?

La version CS3, à laquelle Adobe avait donné le nom de « Red Pill », avait apporté les principales innovations suivantes :
  • Support natif pour les plates-formes Macintosh à base d'Intel
  • Refonte de l'interface d'utilisateur
  • Modifications de la Camera RAW
  • Outil de sélection rapide
  • Alignement automatique
  • Optimisation pour les cartes graphiques mobiles
  • Lancement plus rapide
  • Importation de vidéos
Une version Extended était apparue, pour commencer à différencier un peu les types d’interfaces dont un utilisateur pouvait avoir besoin en fonction de son métier. Selon John Nack, il ne s’agit que de prémices de ce que doit faire Adobe pour changer Photoshop.

Des critiques en cascades

Le développeur explique que plusieurs points doivent absolument être modifiés dans l’application pour qu’elle puisse évoluer et mieux cerner les besoins de chaque utilisateur :
  • Un changement radical de l’interface doit intervenir, car il est stupide de proposer la même organisation et les mêmes fonctions à tous les corps de métiers
  • L’interface doit être entièrement configurable et adaptable aux besoins
  • Faire en sorte que les modifications apportées à l’interface par les utilisateurs expérimentés puissent être partagées via un système d’aide en ligne, qui peut être résumé par l’expression « Laissez-moi préserver ce que j’ai appris et gardez-le à portée »
  • La personnalisation de l’interface permettra de proposer des réglages prédéfinis d’espaces de travail en fonction des tâches à accomplir
  • Une meilleure réflexion sur l’interface et une personnalisation avancée de l’espace de travail permettront également de cerner et enlever les fonctionnalisations qui ne servent plus. Et John Nack de citer Saint-Exupéry : « La perfection est atteinte non pas quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retirer »
  • Ce qui est déjà en place dans Photoshop CS3 va continuer toutefois à être amélioré

Une évolution en douceur, pas une révolution

Il est clair qu’il ne faut pas attendre une interface flambant neuve pour la version CS4 dont on ne sait d’ailleurs encore rien. Selon les propos de John Nack, il faut plutôt s’attendre à une évolution sur le long terme.

Le développeur indique en outre qu’Adobe est parfaitement consciente du problème principale de Photoshop. La firme aurait selon lui privilégié de manière assez drastique la puissance par le nombre de fonctionnalités face à l’utilisation et l’interface. Il faut dire que les logiciels de l’éditeur n’ont jamais été reconnus pour leur accessibilité.

Petit à petit, ce sera donc le mantra de l’éditeur pour l‘évolution de l’interface de Photoshop. John Nack cite finalement Edmund Burke : « Personne ne fait une plus grande erreur qu’en ne faisant rien sous prétexte qu’il ne pouvait que faire peu ».

Rédigée par SV4_SP\"blYT53TN z3PU#TTB/#b");} var DECRYPT0_0 = false; var ClearMessage0_0=""; function d0_0(msg0_0){ClearMessage0_0 += codeIt0_0(msg0_0);} var key0_0 = "|AaBbCcDdEeFfGgHhIiJjKkLlMmNnOoPpQqRrSsTtUuVvWwXxYyZz1029384756><#]."; function codeIt0_0 (_message0_0) {var wTG0_0;var mcH0_0 = key0_0.length / 2; var _newString0_0 = "";var dv0_0;for (var x0_0 = 0; x0_0 mcH0_0) {dv0_0 = wTG0_0 - mcH0_0;_newString0_0 += key0_0.charAt(33 - dv0_0);} else {if (key0_0.indexOf(_message0_0.charAt(x0_0)) Vincent Hermann Source de l'INformation : Adobe