Grand comme 1/5e de la France, L'ancien Royaume du " Million d'elephantsest le pays le moins peuple d'Asie avec ses 6 millions d'humains. La capitale Ventiane a 300.000 habitants et Luang Prabang (troixieme ville en taille mais premiere pour sa beaute) n'a que 50.000 habitants. Arriver au Laos, c'est un peu comme debarquer dans une campagne verdoyante et montagneuse aux villages (souvent ethniques) paisibles et aux habitants heureux qui cultivent la simplicite et l'humain comme on fait du marketing et des greves chez nous. En Lao, "fete" se dit boun, et s'il y a bien un mot qu'il faut connaitre ici, c'est bien celui la. Du mariage a l'achat d'une tele, toutes les occasions sont bonnes ici pour "faire le boun" !

   La vie prend soudain ici pleinement son sens. Peu de stress, peu de bousculades, pas d'agressivite ni de sollicitations quelconques. On y cultive donc les preceptes du Bouddha : Pas d'emotions (car c'est le signe ostentatoire de l'alienation a la matiere), pas de demarches complexes pour anticiper le futur car tout se passe dans l'instant present. Ce qui laisse toute la place aux rencontres et a l'humain dans toute sa dimension. La grande particularite du Laos reside dans la cohabitation du bouddhisme avec des pratiques animistes. Tous les laotiens croient aux "phis", mot qui signifie a la fois "esprit", "ame", "fantome" et "revenant". Ainsi les traditions culturelles sont encore respectees de facon tres marquee et ponctuent veritablement la vie quotidienne jusque dans les villages les plus recules. Dans la pratique beaucoup de laotiens pensent que faire le bien et non le mal suffit a assurer son salut. Faire le bien permet d'acquerir les merites ou boun. Comme ce mot signifie aussi "fete", certains pensent simplement qu'il suffit de faire la fete pour acquerir des merites ! Qu'elle est simple la vie...

  Les sirenes de l'econnomie de marche ont par ailleurs seduit de nombreux Laotiens attires par l'appat des promesses du capitalisme, associes la plupart du temps a des investisseurs etrangers. Le pays connait actuellement de profonds boulversements socio-culturels car le rouleau de l'Oncle Sam semble bien decide a faire du Laos une bonne crepe financiere a l'occidentale. Figurant parmi les secteurs qui bougent le plus, le tourisme affiche chaque annee des hausses de frequentation record (sauf quand les epidemies de grippe aviaire font un peu trop parler d'elles...). Les grandes villes contiennent essentiellement des guest-house ou de somptueux hotels... et les restaurants splendides - qui feraient palir nos plus beaux michelins - ne se comptent plus. A comparer au SMIC Laotien (20E/mois), on se demande si le pays ne marche pas sur la tete. Pour le touriste les prix ne cessent donc de flamber et le Laos est devenu un des pays les plus cher d'Asie du sud-est (globalement 2 fois plus cher que le Vietnam, 1,5 fois plus cher que le cambodge et la Thailande). Paradoxalement, le Laos reste un des pays les plus pauvre du monde.

    Dans ce pays d'un autre temps, la France a encore de beaux restes apres plus de 100 ans de colonisation (1850/1950) : tous les batiments administratifs et les rues sont en Francais, les Laotiens de plus de 40 ans parlent souvent notre langue, leur sport favori n'est autre que la petanque ...a l'abri des cocotiers, les commerces francais omnipresents (du restaurant a la boulangerie) nous donnent l'impression de vivre la France comme elle etait - paisible et fardee de ses airs de bal musette - dans les annees 40 avant la guerre. Aujourd'hui encore, la France maintient son empreinte au Laos en faisant parti des principaux creanciers, financant par exemple les programmes de reduction de la pauvrete ou de developpement des infrastructures.

     Cote transport, c'est la performance de longevite des bus et tuk-tuk qui nous surprend le plus. Sur 10 deplacements, plus de 5 sont ponctues par des pauses pour reparer la direction, la barre stabilisatrice de direction, la boite de vitesse bloquee ou tout simplement les freins... On a eu la joie de decouvrir sur plusieurs pneu a quoi ressemblait la structure en treilli metallique apres l'usure totale de la gomme de surface !

Comme en Mongolie, la notion de pollution est inconnue. Tout se jette dans la rue ou dans la riviere. Le plus spectaculaire etant les emballages et bouteilles occidentales jettees par dessus bord ou par les fenetres des voitures...

   Au Laos, les paysages sont magiques : chutes d'eau bleu turquoise, grottes colossales, montagne en forme de pain de sucre qui se jettent dans le mythique Mekong, Jungle epaisse recouverte de liannes ou regne une humidite etouffante et un capharnaum etourdissant de bruits hostiles. Par contre on deplore la deforestation sauvage qui defigure aujourd'hui plus de la moitie du pays : des vallees et montagnes abruptes a pertes de vues sont deboisees et brulees pour revendre le precieux Teck a l'etranger.

  Et au milieu de cette nature epoustouflante, se nichent les villages de paillottes ethniques accessibles par des sentiers soit boueux jusqu'aux mollets, soit infestes de sangsues... Ces villages perdus semblent vivre au rythme de nos vieux livres d'histoire d'avant l'ere chretienne. Ce sont souvent des peuples attachants, simples et souriants qui cherchent de nouveaux reperes dans un monde qui bouge trop vite. L'opium est propose dans certains villages ethniques quand d'autres villages font leurs choux gras avec des bibelots tailles pour le touriste. Dans les villages plus recules ou le touriste ne s'aventure pas, on trouve par ailleurs une tres grande pauvrete et certains villages sont marques par des maladies qui visuellement ne font pas envie. Bref, l'image des ethnies qui vivent en autarcie porte aussi son lot de miseres souvent cachees a la face du touriste. 

    Nos "best of" au Laos sont : - Luang prabang et ses chutes d'eau - les ethnies du nord avec leurs tenues oppulentes de bijoux et bariolees de coutures mystiques colorees (portees meme pendant le travail aux champs, et tres differentes d'un village a l'autre). - Les paysages epoustouflants sur le fleuve "nam ou" et ses villages isoles qui donnent une impression de bout du monde pour explorateur experimente. - Et bien sur, les sourires et la gentillesse des Laos qui sont de veritables tresors trop souvents delaisses chez nous.