Suite…

Le soleil allait bientôt se coucher. Il fallait s’arrêter et

préparer le lieu où nous devions dîner et dormir. La pluie

n’avait pas cessée de tomber depuis la matinée. Le sable

était mouillé et dur. Il allait être difficile de trouver du

bois sec pour allumer le feu. Nous avions fait ce que nous

pouvions en choisissant un à un le bois mort. Le feu fut

allumé par les mains expertes de Bachir soufflant et

remuant un bout de carton pour l’attiser. Heureusement

que nous avions pensé à tout: nous avions ramené avec

nous une grande bâche. Nous l’avons étendue au dessus

de nos deux véhicules garés en parallèle de telle sorte que

nous avions fait une tente pour nous protéger de la pluie.

Nous l’avions fixée solidement grâce à des cordes.

 

Après avoir dîné, nous étions tous fatigués par le voyage

et le rythme soutenu de la vaccination. Bachir m’apprit

une chose: « Il fera froid ce soir. Le mieux serait que tu

creuses la couche de sable mouillé jusqu’à ce que tu

arrives au sable sec. Tu creuseras comme moi de telle

façon à ce que tu te fasses une sorte de tombe pour y

dormir dedans. » Je fis ce qu’il me dit et m’y installais

protégé d’une bonne couverture. Un vent glacial

commença à siffler au milieu de la nuit. Bachir avait

raison. Il allait faire très froid. Nos amis fainéants qui

n’avaient pas fait comme nous gelèrent de froid. Certains

ne purent pas dormir du tout.

La pluie n’avait pas cessé. Une quantité énorme d’eau

s’était formée sur la bâche qui peu à peu descendait vers

le bas. Le vent froid avait fini par "glacer" cette eau. La

bâche ne pouvant plus supporter ce poids énorme d’eau

finit par pencher de coté et déverser tout son contenu sur

l’un de nos infirmiers qui dormait dans un profond

sommeil. Il se réveilla en sursaut complètement mouillé et

transi par le froid. Il jurait de tous les noms. Et nous,

réveillés par tant de bruits, riions sous nos couvertures du

malheur de notre ami. Jamais nous n’avions tant ri. Il alla,

bredouillant des mots incompréhensibles, changer ses

vêtements et dormir à l’intérieur d’un des véhicules pour

ne pas attraper froid.

En hiver dans le désert, il fait extrèmement froid. Il faut

toujours prendre ses précautions.

 

A suivre…