Notre activité consiste en la vaccination des enfants

de nomades, ainsi que des femmes en âge de

procréer ou enceintes. Dans certaines périodes de

l'année, c'est à dire en automne, nous vaccinons

aussi les personnes âgées par le vaccin contre la

grippe. Par la même occasion, nous pratiquons la

consultation des patients qui en ont besoin et nous

prodiguons des soins.

 

La santé est encore gratuite en Algérie surtout dans

le domaine préventif. Mais d'un autre coté, avant

chaque sortie dans le désert nous faisons le tour des

pharmacies privées qui sont très généreuses et nous

fournissent gratuitement en de nombreuses variétés

de médicaments. Certains commerçants dans

l'habillement, le cosmétique, l'alimentation...

s'empressent de nous donner de leurs produits.

 

Ces nomades dénués de tout sont heureux de nous

voir à chaque fois que nous arrivons chez eux.

Malheureusement ces gens là sont éparpillés dans le

désert et sont en continuel mouvement à la recherche

de nouveaux et parfois maigres pâturages pour leurs

bêtes. Ils sortent souvent des limites de notre

circonscription ou même vont au delà de notre

frontière avec la Tunisie. Pour eux, il n'existe pas de

frontières. Leurs ancêtres ont de tout temps vécu

dans ces contrées.

 

Arrivés dans leur campement, ils nous envoient avant

tout, avec l'un de leurs enfants, une ou deux grandes

tasses de lait pour nous souhaiter la bienvenue. Puis

l'homme le plus âgé arrive à notre rencontre pour

d'infinies salutations. Sa première question: "Tu es le

Docteur des animaux ou des hommes?". Il faut savoir

que l'équipe des vétérinaires sort aussi comme nous

dans le désert pour des expéditions à but sanitaire:

vaccination et traitement des dromadaires, moutons

et chèvres. Nous avons, une fois, essayé de faire une

sortie conjointe avec eux. Mais cela s'est soldé par

un échec total. Leur travail est plus long que le notre.

Ils ont parfois à vacciner des centaines de bêtes

dans un seul campement, alors que nous, il nous

suffit de vacciner au maximum une dizaine de

personnes dans le même campement.

 

On nous ramène les enfants farouches un à un

pleurant, criant même; car n'ayant parfois jamais vu

de véhicules de leur vie. D'ailleurs les mères

nomades pour faire peur aux enfants turbulents qui

ne veulent pas les écouter les avertissent: "Si tu ne te

tiens pas tranquille. Je dirai au Docteur de te prendre

dans sa voiture et il t'emmènera à jamais d'ici !".

Malgré nous, nous faisons peur aux enfants avant

même de les avoir piqués à la seringue !

Nos sorties peuvent durer d'un jour à parfois 4 ou 5

jours selon que l'on s'éloigne beaucoup de la ville ou

pas.

à suivre...