l'enfant du lac

Nous posséderons l’horizon
La bonne Terre qui nous porte
Et l’espace frais et profond
Le matin dans le jardin
Le rossignol avale la fraîcheur
Le jour s’installe en nous
Et tout le matin cherchant le soleil
L’oiseau s’engourdit sur les branches fines
Et fuyant le travail, nous allons au soleil
Avec des yeux contents
Puis le ciel s’orme de son vol léger
Le ciel devenu clair
Et la verdure nous éclaire
Le vent passe entre les branches
Et je suis là sans voix
Et j’admire ce spectacle divin
Le spectacle des cieux
Le ciel qui se ferme
Ou prend la place, la lumière de la nuit
Le soir vient sans voix, sans rien…