Maléfique est une belle jeune femme au coeur pur qui mène une vie idyllique au sein d’une paisible forêt dans un royaume où règnent le bonheur et l’harmonie. Un jour, une armée d’envahisseurs menace les frontières du pays et Maléfique, n’écoutant que son courage, s’élève en féroce protectrice de cette terre. Dans cette lutte acharnée, une personne en qui elle avait foi va la trahir, déclenchant en elle une souffrance à nulle autre pareille qui va petit à petit transformer son coeur pur en un coeur de pierre. Bien décidée à se venger, elle s’engage dans une bataille épique avec le successeur du roi, jetant une terrible malédiction sur sa fille qui vient de naître, Aurore. Mais lorsque l’enfant grandit, Maléfique se rend compte que la petite princesse détient la clé de la paix du royaume, et peut-être aussi celle de sa propre rédemption…


Adaptation, en forme de prequel, du dessin animé La Belle au bois dormant (dont c’est le 55e anniversaire), Maléfique raconte comment la fée Carabosse du conte original est devenue mauvaise et pourquoi elle a voulu se venger du roi en jetant un terrible sort sur sa fille Aurore (Elle Fanning). Bien que physiquement très ressemblante à la méchante fée du dessin animé, le personnage qu’interprête avec justesse Angelina Jolie est beaucoup plus complexe et ses relations avec la jeune princesse sont nettement plus ambigües.
Première réalisation d’un spécialiste des effets visuels, Robert Stromberg (fils du réalisateur Willam RStromberg), Le film est un pur enchantement visuel, quelque part entre Avatar (pour les paysages) et l’Alice au pays des Merveilles de Tim Burton , pour lequel Robert Stromberg avait d’ailleurs reçu l’Oscar des effets visuels .