Inconsolable depuis la disparition de sa femme Catherine (Charlotte Gainsbourg) , Joseph (Yvan Attal), vétérinaire de campagne, décide de se rendre en Inde où elle a été retrouvée noyée. Là, il fait la connaissance de Gracie (Janagi), une jeune Tamoule qui se dit possédée par l’esprit de Catherine, dont elle était l’assitante dans l’école où elle travaillait. Gracie et Joseph, qui a beaucoup à se faire pardonner, vont s’aider mutuellement à surmonter le traumatisme de la disparition et de la mort de Catherine...

Quatrieme long métrage du réalisateur marseillais Michel Spinosa (Emmene moi, La parenthèse enchantée, Anna M) , Son épouse signe le retour à l’écran du couple Charlotte Gainsbourg/Yvan Attal , régulièrement mis en scène dans les films de ce dernier (Ma Femme est une actrice,Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants, Do not disturb), mais qui n’avaient plus joué ensemble sous la direction d’un autre réalisateur depuis Love, etc de Marion Vernoux en 1996.Le film, construit en deux parties, avec de constants aller retours entre passé et présent qui permettent de comprendre peu à peu ce qui s’est passé, commence comme un drame naturaliste, avec la description de la vie du couple, installé à la campagne, qui doit faire face à la révélation de la toxicomanie ancienne de Catherine.Il se poursuit sous le soleil de Madras où, inconsolable depuis la fugue et la mort de sa femme Joseph (Yvan Attal), essaie de comprendre ce qui lui est arrivé et pourquoi une jeune tamoule se dit possédée par l’esprit de sa femme. Le rythme lent et contemplatif et le montage en flashbacks donnent à ce drame sensible et teinté de spiritualité un coté «Antonionien» assez envoutant pour faire oublier une fin par trop sentimentale.