Dans un grand hôtel décati d’Europe de l’Est, qu’il est parmi les derniers à fréquenter, un écrivain (Jude Law) lie connaissance avec le propriétaire des lieux (FMurray Abraham), un vieil oriental plein de charme et de mystère. Un soir, ce dernier l’invite à dîner pour lui raconter comment, de simple garçon d’étage, il est devenu propriétaire du palace, grace à l’ancien concierge, Gustave H (Ralph Fiennes), personnalité flamboyante, qui l’avait pris sous son aile...

Créateur original à l’univers singulier, Wes Anderson (La famille Tennenbaum, La Vie aquatique, A Bord du Darjeeling Limited) passe la vitesse supérieure avec cette fresque vibrionnante qui nous entraine, à cent à l’heure, sur les traces d’un inestimable tableau volé et d’un héritage familial, fabuleux mais contesté, dans une vieille Europe en pleine mutation, à la veille de la première guerre mondiale.
Inspiré de Stefan Zweig et du cinéma burlesque, The Grand Budapest Hotel est un film fleuve, dans lequel il faut se laisser entrainer pour en savourer chacune des (nombreuses) méandres. Le casting est aussi impressionnant que la mise en scène : Owen Wilson, Bill Murray, Jason Schwartzman, Jeff Goldblum, Tilda Swinton, Wilhem Dafoe, Harvey Keitel , Edward Norton, Adrien Brody, Mathieu Amalric, Léa Seydoux...Tous les fidèles du réalisateur Texan (et quelques nouvelles recrues de choix ) sont là ! Après Moonrise Kingdom, grand oublié de Cannes 2013, Wes Anderson signe avec Grand Budapest Hotel, ce qui est certainement son chef d’œuvre. Le jury du festival de Berlin ne s' est pas trompé en lui accordant son Grand Prix (Ours d'argent).