Ses trois enfants élevés, Lulu (Karin Viard) voudrait retrouver du travail pour échapper à un quotidien sclérosant. À la suite d’un premier entretien d’embauche parfaitement démoralisant, elle largue les amarres et plante tout sans prévenir personne pour s’offrir quelques jours de « vacance » au bord de la mer. Rapidement à court d’argent, Lulu accepte l’hospitalité d’un marginal (Bouli Lanners), qui vit avec ses frères dans une caravanne, rencontre une jeune serveuse qui rêve d’évasion et se lie d'amitié avec une vieille dame (Claude Gensac) qui s’ennuie, elle aussi, à mourir.Des rencontres qui vont l’aider à retrouver une vieille connaissance perdue de vue depuis longtemps : elle-même.


Une femme d’âge mur qui part en cavale pour se retrouver: le thème rappelera à ceux qui l’ont vu Elle s’en va, l’excellent film d’Emmanuelle Bercot avec Catherine Deneuve. On pourrait aussi évoquer le personnage de Fanny Ardant dans Les beaux Jours de Marion Vernoux. Karin Viard vient compléter cette jolie trilogie, avec un nouveau portrait de femme qui se cherche. Solveig Anspach, qui lui avait offert en 2000 un César de meilleure actrice avec Haut les cœurs !, adapte le roman graphique d’Etienne Davodeau en conservant l’essentiel: l’atmosphère de station balnéaire nordique hors saison, l’itinéraire intérieur de l’héroïne et ses rencontres inattendues, (dont celle avec un Bouli Lanners, épatant en clochard céleste).On a tendance à préferer le cinéma plus radical de Solveig Anspach quand elle raconte ses propres histoires (voir l’hilarant Queen of Montreuil), mais on retrouve avec plaisir, dans ce film de commande, sa touche surréaliste et originale.