Comme annoncé « prématurément » la semaine dernière, c’est Pierre Lescure qui a été choisi pour succéder à Gilles Jacob à la présidence du Festival de Cannes. Âgé de 83 ans, l’actuel président avait, en quelque sorte ouvert le bal des prétendants avant le festival 2013 en confiant à notre journal : « Mon mandat de président qu’achèvera fin 2014 et j’ai promis à ma femme de ne pas demander mon renouvellement » (1). Depuis, plusieurs noms avaient circulé, dont ceux de Frédéric Mitterrand, Claude Lelouch, Serge Toubiana (directeur de la cinémathèque française) et Jérôme Clément (ancien p.-d.g. d’Arte).C’est ce dernier, sans doute un peu dépité, qui a vendu la mèche le 9 janvier, en confiant à l’AFP qu’il avait « été informé avant Noël que ce serait M.Lescure » et en laissant entendre que sa candidature avait la préférence de l’État. Proche de François Hollande, M.Lescure a-t-il bénéficié de son soutien? Toujours est-il que, réuni hier à Paris, le conseil d’administration de l’Affif (Association française du festival international du film) a entériné la nomination de l’ancien patron de Canal +

Journaliste, animateur et homme d’affaires
Âgé de 68 ans, Pierre Lescure (né à Paris en 1945), a fait ses premières armes à RTLet RMC avant d’intégrer, en 1972, la deuxième chaîne de télévision.Il y assure la présentation des journaux télévisés, avant de créer, en 1981, la mythique émission musicale Les Enfants du rock.
Deux ans plus tard, il est appelé par André Rousselet pour lancer Canal +, dont il sera successivement directeur, directeur général, puis pdg.Il y fera venir quelques anciens de l’antenne monégasque (Bruno Carette, Chantal Lauby, AlainChabat), qui se feront rapidement connaître sous le nom des Nuls.
Depuis son éviction de Canal en 2002 par le nouveau patron Jean-Marie Messier, Pierre Lescure a fait des allers retours entre la télévision (Paris Première, France 5), les affaires (il siège au conseil d’administration de plusieurs grandes entreprises, dont Havas), le cinéma (il a dirigé les studios Universal et a fait des apparitions dans quelques films) et le théâtre (il assure actuellement la direction et la programmation du théâtre Marigny). En mai 2012, il a aussi été chargé par François Hollande d’un rapport sur l’avenir de l’Hadopi, dont les conclusions ont fait consensus.
Malgré l’impression un peu désagréable laissée par l’annonce anticipée de sa désignation, l’arrivée de Pierre Lescure à la tête du Festival de Cannes ne devrait pas susciter de polémique, ni d’inquiétude particulière.Sa candidature paraissait, en effet, légitime, tant d’un point de vue cinéphilique que managérial. Seul son passé à Canal + et son américanophilie assumée risquent de chagriner ceux qui dénoncent le quasi-monopole de la chaîne sur le Festival et les faveurs accordées aux grandes productions US.
On observera aussi de près le couple qu’il va former avec le délégué général du Festival, Thierry Frémaux, auquel incombe la sacro sainte sélection des films présentés à Cannes. Nommé en 2001, au poste jusqu’alors occupé par Gilles Jacob, ce dernier a conquis de haute lutte son indépendance, ouvrant le Festival aux films de genre, à l’animation, voire aux comédies. Il n’est certainement pas disposé à partager son pouvoir chèrement acquis et Pierre Lescure n’est pas homme à se contenter de serrer les mains en haut des marches du Palais des Festivals les soirs de projections officielles.
Quoi qu’il en soit, la transition se fera en douceur, puisque Gilles Jacob a annoncé qu’il passerait progressivement la main après le Festival 2014, qui se tiendra sur la Croisette de 14 au 25 mai prochains.

(1) Nice Matin du 11 mai 2013