Mariée contre son gré à Joffrey de Peyrac ( Gérard Lanvin), un riche mais vieux seigneur balafré, Angelique (Nora Arnezeder) finit par en tomber amoureuse et par lui faire deux beaux enfants. Hélas, la fabuleuse richesse de son mari suscite la jalousie du roi qui, pour s’en débarrasser, le fait condamner à mort pour sorcellerie. Répudiée, ruinée et abandonnée de tous, Angélique va devoir se battre pour récupérer ses enfants et rétablir l’honneur de son mari...


Nostalgie quand tu nous tiens ! La saga d’Angelique «Marquise des Anges» a marqué des générations de lecteurs, de spectateurs et (surtout) de téléspectateurs, émoustillés à vie par les multiples rediffusions des cinq films de Bernard Borderie, avec la troublante Michelle Mercier dans le rôle titre. Il fallait donc s’attendre à ce qu’un jour ou l’autre quelqu’un ait l’idée d’en faire un remake. Le fait que cet honneur ait échu à Ariel Zeitoun, réalisateur des calamiteux XXL, Bimboland et Yamakazi, n’était pas spécialement fait pour rassurer les nostalgiques de la série. Ils ne s’étaient pas trompés: Angélique est un film de cape et d’épée désuet et poussif, totalement dépourvu de l’érotisme trouble qui faisait le charme des premiers films. Les duels à l’épée sont ridicules et les (rares) scènes de sexe ressemblent à celles d’un téléfilm érotique de M6. Gérard Lanvin n’était pas forcement un mauvais choix en Joffrey de Peyrac ( pourvu qu’il nous épargne un nouvel accent ridicule), mais on frôle quand même la catastrophe capillaire et le surmaquillage. Tomer Sisley est plutôt bien en jeune officier ambitieux, sa présence permettra peut être d’attirer quelques adolescentes dans les salles? Le vrai problème vient plutôt du choix de Nora Arnezeder. En Angelique blonde et lisse de papier glacé, elle ne dégage pas le centième du sex appeal de Michelle Mercier dans la saga originelle.