Comédien pinailleur et imbu de sa personne, Jean Renault (François Damiens) court le cachet sans grand succès. Plus personne dans le métier ne le supporte.Par chance, alors qu’il est complètement fauché et ne peut même plus payer la pension alimentaire de ses enfants, sa conseillère au pôle Emploi Spectacle lui trouve un engagement en or.Il doit jouer les auxiliaires de justice en prenant la place des victimes lors de la reconstitution d’une série de crimes à Megève. Mais son obsession du détail et ses manières de diva ne vont pas vraiment simplifier la tâche des enquêteurs…

Une bonne idée de scénario, gâchée par une mise en scène trop plan-plan.On imagine ce qu’un Dupontel aurait pu tirer de la confrontation d’un acteur raté mais persuadé de son génie, avec le monde judiciaire sur une enquête bâclée dans une station de montagne déserte.La juge pète sec interprétée par Géraldine Nakache (en mode Agnès Jaoui 2.0) n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle jouée par Sandrine Kiberlain dans Neuf mois ferme. Hélas, malgré quelques bonnes scènes, l’abattage de François Damiens et l’excellent couple comique qu’il forme avec sa partenaire, la comédie ne parvient jamais à décoller vraiment.Il aurait fallu pour cela que Jean Paul Salomé, sagement revenu à un cinéma plus artisanal après les ratages de ses dernières superproductions (Belphégor, Les femmes de l’ombre, Arsène Lupin…), choisisse une option plus trash (version Dupontel/Mocky) ou plus littéraire (tendance Pascal Thomas/Chabrol). Entre les deux, sa petite comédie policière s’enneige, patine et laisse de glace.