Violette Leduc (Emmanuelle Devos), née bâtarde au début du siècle dernier, rencontre Simone de Beauvoir (Sandrine Kiberlain) dans les années d’après-guerre à St-Germain-des-Prés. Commence une relation intense entre les deux femmes qui va durer toute leur vie, relation basée sur la quête de la liberté par l’écriture pour Violette et la conviction pour Simone d’avoir entre les mains le destin d’un écrivain hors norme.
..

Cinq ans après la surprenante razzia de Séraphine sur les César (7 statuettes), Martin Provost lui donne une sorte de film jumeau avec Violette. Le destin et la personnalité de Violette Leduc en font effectivement une « sœur de souffrance » littéraire à l’artiste-peintre maudite. Le film a les mêmes qualités que son prédécesseur (l’effet de découverte en moins), mais aussi les mêmes défauts, dont une certaine tendance à la pesanteur.Emmanuelle Devos (toujours parfaite) et Sandrine Kiberlain (surprenante en brune Simone de Beauvoir) lui prêtent, heureusement, leur capital de sympathie et en font une œuvre plus facilement abordable pour le grand public.