Paul (Guillaume Gouix) a la trentaine, il vit dans un appartement parisien avec ses tantes, deux vieilles aristocrates qui l’ont élevé depuis ses deux ans et rêvent de le voir devenir pianiste virtuose (Bernadette Lafont, Hélène Vincent). Sa vie se résume à une routine quotidienne, entre le grand piano du salon et le cours de danse de ses tantes où il travaille en tant qu’accompagnateur. Isolé du monde extérieur, Paul a vieilli sans jamais avoir vécu… Jusqu’au jour où il rencontre Madame Proust, sa voisine du quatrième étage (Anne Le Ny). Cette femme excentrique possède la recette d’une tisane aux herbes capable, grâce à la musique, de faire ressurgir les souvenirs les plus profondément enfouis. Avec elle, Paul va découvrir son histoire et trouver la clé pour vivre enfin sa vie…
L’univers délicieusement rétro de Sylvain Chomet, auquel on doit les merveilles d’animation que sont Les Triplettes de Belleville et L’Illusionniste, a du mal à se transposer en prises de vue réelles.Il y perd de son originalité et finit par ressembler à du Jeunet sous tranquillisants. On comprend néanmoins que le réalisateur ait eu envie de se frotter à la direction d’acteurs.Il y réussit d’ailleurs très bien, avec un casting impeccable.Guillaume Gouix est parfait en Mister Bean du piano, Hélène Vincent est comme toujours au-delà de toute louange et c’est un vrai bonheur de revoir Bernadette Lafont, pétulante et pleine de vie, dans ce qui sera, hélas, son dernier film.