Membre de la police du Capitole, John Cale (Channing Tatum) vient de se voir refuser le job dont il rêvait : assurer la protection du président des États-Unis (Jamie Foxx). Espérant éviter à sa fille une déception lorsqu’il lui apprendra la nouvelle, il l’emmène visiter la Maison-Blanche. C’est à ce moment qu’un groupe paramilitaire lourdement armé attaque le bâtiment. Alors que le gouvernement américain sombre dans le chaos, Cale va tenter de sauver sa fille, le président, et le pays tout entier…


C'est Die Hard à la Maison Blanche, avec Channing Tatum dans le rôle de Bruce Willis (pour ceux qui n'auraient pas fait le rapprochement, le personnage se prénomme aussi John) et un zeste d'Independence Day (amusons nous à faire exploser le Capitole et la Maison Blanche). Roland Emmerich ne renouvelle pas franchement le genre, ni sa filmographie. On dirait un film oublié des années 80: même les effets spéciaux paraissent datés. L'histoire est invraisemblable, Jamie Foxx fait le minimum syndical, Channing Tatum est un clone de Bruce Willis plus (wi)lisse qu'un mannequin Abercrombie et quand le réalisateur autrichien essaie de manier l'humour et le second degré c'est pour faire dire à un de ses personnages que "la Maison Blanche c'est le bâtiment qui explose dans Independence Day". Ach, gross rigolade !
Dernier blockbuster de l'été, WHD ne relève pas franchement le niveau (Le distributeur ne s'est d'ailleurs même pas donné la peine de lui trouver un titre français). Il est temps que la saison se termine.